(Los Angeles) Le patron de la NBA Adam Silver a affirmé lundi que la reprise de la saison prévue fin juillet à Orlando (Floride) n’était « peut-être pas pour tout le monde », répétant qu’il laissait aux joueurs le choix.

Agence France-Presse

Entre crainte du coronavirus, isolement loin des familles et lutte contre l’injustice raciale, « je peux seulement dire que ce n’est peut-être pas pour tout le monde. Cela impliquera d’énormes sacrifices pour les joueurs et pour toutes les personnes impliquées, les entraîneurs, les arbitres… que je ne veux pas minimiser, a-t-il dit à ESPN lundi.

PHOTO D’ARCHIVES JAE C. HONG, AP

Le commissaire de la NBA Adam Silver.

« Si un joueur choisit de ne pas venir, ce ne sera pas une violation de son contrat. Nous acceptons cela », a-t-il enchaîné, maintenant aussitôt la position de la ligue, qui a dit depuis le début qu’elle tolérerait les absences de joueurs plaidant des raisons de santé ou autres.

Depuis que la NBA a annoncé son plan d’un retour au jeu à 22 équipes dans la » bulle « de Disney World, fixé au 31 juillet (une date susceptible d’être avancée au 30), de nombreux joueurs ont exprimé diverses inquiétudes.

Un certain nombre d’entre eux, dans le sillage de la vedette de Brooklyn Kyrie Irving, considèrent notamment que l’heure n’est pas au basket, mais à la mobilisation pour la lutte contre les injustices raciales, après la mort de George Floyd lors de son arrestation à Minneapolis le 25 mai.

 « Je ne soutiens pas le fait d’aller jouer à Orlando, » a déclaré le Irving, cependant pas concerné par cette reprise puisqu’il se remet d’une opération à l’épaule droite.

Il y a quelque chose qui ne sent pas bon là-dedans.

Kyrie Irving, des Nets de Brooklyn.

Répondant indirectement à ces joueurs désireux de concentrer leurs efforts dans la lutte contre l’injustice et les violences raciales, Adam Silver a estimé qu’un retour au jeu présenterait justement « une opportunité » pour eux « d’attirer l’attention sur ces questions parce que les regards du monde entier seront tournés vers la NBA » .

Le patron de l’instance a admis qu’il ne pouvait y avoir « unanimité des points de vue » parmi quelque 375 joueurs concernés par la reprise en Floride. Il a assuré que la NBA continuerait de discuter avec le syndicat des joueurs pour à la fois préserver la santé des équipes, et promouvoir la lutte pour une justice sociale.

La ligue et les joueurs seront en mesure de « résoudre la plupart de ces problèmes au cours des prochaines semaines », a-t-il souligné.