La saison de patinage artistique s'amorce pour l'élite ce week-end avec la présentation du premier Grand Prix, Skate America, à Seattle. Les meilleurs patineurs canadiens ne seront en action que le week-end suivant, à Windsor, en Ontario, pour la compétition Skate Canada.

Mis à jour le 19 oct. 2012
Michel Marois LA PRESSE

Avec trois champions du monde en titre - Patrick Chan en simple et les danseurs Tessa Virtue et Scott Moir - et d'autres prétendants au podium aussi bien en danse qu'en couple, l'équipe canadienne entreprend la saison en bonne position. Et si la Québécoise Amélie Lacoste patine aussi bien en Grand Prix qu'elle l'a fait à l'entraînement et dans les compétitions préparatoires, la délégation canadienne sera vraiment solide aux Championnats du monde, en mars, à London, en Ontario.

Lacoste a remporté un premier titre canadien l'hiver dernier sans toutefois vraiment patiner à la hauteur de ses attentes. Aux Mondiaux, quelques mois plus tard à Nice, en France, seule représentante canadienne, elle n'a pu faire mieux qu'une 16e place alors qu'un top 10 aurait permis au Canada d'obtenir deux places chez les femmes à London.

«Je me suis mis trop de pression sur les épaules aux Mondiaux, a noté Lacoste, lundi en conférence téléphonique. Toute la semaine, j'avais très bien patiné à l'entraînement et j'étais vraiment confiante. Mais mes nerfs ont repris le dessus quand est arrivée la compétition...»

Avec le soutien du psychologue sportif Wayne Hollywell, Lacoste a revu sa préparation mentale. «J'aurai 24 ans dans quelques semaines, en décembre, et je vois bien que ma carrière ne durera pas toujours, a-t-elle expliqué. Les patineuses russes ont 13 ou 14 ans!

«Pour les quelques saisons qu'il reste à ma carrière, j'ai décidé de ne patiner que pour moi-même, de patiner pour me faire plaisir. Cela a très bien été récemment à Salt Lake City (une médaille de bronze derrière deux bonnes patineuses américaines) et je crois que cela va m'aider à bien faire la semaine prochaine à Skate Canada.»

Lacoste est emballée à l'idée de présenter deux nouveaux programmes cette saison - sur une musique de Peter Gabriel pour le programme court. «Ce sera très glamour, a-t-elle expliqué, avec des touches qui rappelleront Hollywood. Julie (Marcotte) et Pasquale (Camerlengo) m'ont conçu de très belles chorégraphies et au plan technique, nous avons fait des ajustements pour privilégier des sauts que je maîtrise bien.»

Avec ou sans Rochette

Plus confiante, Lacoste sera toutefois privée d'une source de motivation importante à cause de la retraite de Cynthia Phaneuf, sa principale rivale au cours des dernières saisons. Elle assure toutefois que cela ne changera rien à sa préparation.

«Je lui souhaite évidemment beaucoup de succès dans tout ce qu'elle entreprendra, mais sa retraite ne change rien pour moi. Mes objectifs restent les mêmes: gagner les Championnats canadiens, obtenir un top 10 aux Mondiaux et, à plus long terme, aller aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014.»

Dans cette perspective, un éventuel retour à la compétition de Joannie Rochette changerait la donne. «Si elle revient, je serai là pour rivaliser avec elle et me battre pour les places dans les grandes compétitions!»

Pour l'instant, Lacoste occupe toute la scène et elle aura l'occasion la semaine prochaine à Windsor, puis la semaine suivante à Shanghai, à la Coupe de Chine, de montrer qu'elle peut tenir sa place avec brio dans la très forte équipe canadienne.