C'est un obscur préparateur physique de Toronto. Son nom est inconnu du grand public. Chris Xuereb se retrouve pourtant au coeur du plus important scandale de dopage à frapper l'athlétisme depuis plusieurs années.

Gabriel Béland LA PRESSE

Le Canadien est désigné à mots à peine voilés par l'entourage d'Asafa Powell comme le responsable de son contrôle positif. La Fédération canadienne d'athlétisme s'est par ailleurs dissociée hier de Xuereb, tout comme les Argonauts de Toronto avec lesquels il prétend avoir oeuvré.

Les ennuis de Xuereb ont commencé dimanche, lorsque le Jamaïcain Asafa Powell et l'Américain Tyson Gay, deux des quatre hommes les plus rapides sur 100 m, ont avoué avoir subi un contrôle positif.

Powell a affirmé, dans un communiqué, qu'il n'a pas triché sciemment. «Je n'ai jamais volontairement pris des produits interdits. Mon erreur n'est pas d'avoir triché, mais de ne pas avoir été plus vigilant», a fait valoir celui qui a abaissé le record mondial sur 100 m à 9,74 en 2007, avant de voir sa marque éclipsée par Usain Bolt un an plus tard.

Pendant toute sa carrière, Powell a subi des dizaines de contrôles antidopage sans jamais faillir. Cette fois, le laboratoire a décelé des traces d'un stimulant appelé oxilofrine. Pourquoi maintenant?

Asafa Powell travaille depuis le mois de mai avec un nouveau préparateur physique. Le Canadien Chris Xuereb provient de la région de Toronto. Il entraîne «des athlètes d'élite et olympiques, actifs ou retraités, du Canada, des États-Unis et des Caraïbes», peut-on lire à son propos sur le site de réseautage professionnel LinkedIn.

Xuereb a intégré en mai l'équipe d'Asafa Powell. Il est devenu son préparateur physique, chargé de l'alimenter en suppléments; il aurait déménagé en Jamaïque, selon nos informations. Le contrôle positif de Powell est survenu un mois seulement après l'embauche du Canadien, lors des Championnats nationaux en Jamaïque.

L'entourage de Powell n'a pas manqué de souligner ce drôle de «hasard» hier. L'agent de Powell, Chris Doyle, a expliqué à la radio jamaïcaine «avoir soupçonné la responsabilité du préparateur physique immédiatement après avoir été informé du contrôle positif». Doyle a aussi affirmé que les suppléments étaient fournis par le Canadien directement à Powell, sans passer par lui.

Chris Xuereb a d'ailleurs été interrogé par la police italienne. Powell et lui étaient en Italie, dimanche, pour un camp d'entraînement. Leurs chambres ont été fouillées. Une cinquantaine de boîtes de suppléments et de médicaments ont été saisies. En Italie, le dopage sportif est un crime, en plus d'être interdit en compétition. Les policiers n'ont procédé à aucune arrestation.

Chris Xuereb est par ailleurs le conjoint de la sprinteuse canadienne Esther Akinsulie. Celle-ci purge présentement une suspension de six mois pour dopage. Elle a subi un contrôle positif à l'hydrochlorothiazide, un diurétique interdit. Elle a évité une plus lourde peine - jusqu'à deux ans de suspension - puisqu'elle a convaincu l'Agence canadienne antidopage que la substance interdite «ne visait pas à rehausser sa performance sportive».

Un courriel a été envoyé à Esther Akinsulie hier. Nous n'avions toujours pas reçu de réponse au moment de mettre en ligne.

Un simple accident?

Le clan Powell semble donc se rabattre sur la thèse de la contamination accidentelle. L'entraîneur canadien aurait introduit de nouveaux suppléments. La présence d'une substance interdite serait un malheureux hasard.

Cette piste est possible, selon la spécialiste du dopage Christiane Ayotte. «L'oxilofrine est apparue sur nos radars il y a trois ans, ou un peu plus. C'est un stimulant qui est venu remplacer l'éphédrine», précise

Mme Ayotte.

Elle note que l'oxilofrine, produit banni par l'Agence mondiale antidopage (AMA), se retrouve parfois dans des suppléments, même si le contenant n'en fait pas mention. «Ça peut arriver que des athlètes consomment ce produit interdit sans même le savoir, dit-elle. Après ils clament leur innocence. Mais ça m'enrage de voir des athlètes prendre de tels risques.»

L'agent d'Asafa Powell a aussi précisé que Xuereb aurait pris toutes les précautions nécessaires pour ne pas contaminer Powell. Le préparateur physique aurait ainsi vérifié la légalité de tous les suppléments grâce à un site internet spécialisé.

Qui est Chris Xuereb?

Athlétisme Canada a précisé hier que Xuereb était connu dans le petit milieu canadien de l'athlétisme. «Mais il n'a jamais été impliqué avec nous de près ou de loin, n'a jamais fait partie de nos équipes, a expliqué le porte-parole Mathieu Gentès. Il oeuvrait surtout en Jamaïque et en Italie.»

Le porte-parole de la fédération a aussi indiqué ne pas savoir si des athlètes canadiens avaient recours aux services de Chris Xuereb.

Le profil LinkedIn de ce dernier indique qu'il a travaillé auprès des Argonauts, de la Ligue canadienne de football. «Membre des Argonauts de Toronto lorsqu'ils ont remporté la Coupe Grey en 2004», peut-on lire.

«Ça me surprendrait beaucoup, a dit à La Presse un porte-parole de l'équipe, Eric Holmes. Nous n'avons aucune trace de son passage parmi nous. J'étais là en 2004 et je ne me souviens absolument pas de lui.»

Photo tirée de Facebook

Chris Xuereb et sa conjointe, la sprinteuse Esther Akinsulie.