« La maladie m’a changé. Je ne suis plus la même personne. Et c’est la beauté de la chose. Je pense être aujourd’hui un meilleur athlète et une meilleure personne. Et je ne prends plus la vie pour acquis, je ne prends plus rien de ce que j’aime pour acquis. »

Michel Tassé LA VOIX DE L’EST

Après avoir remporté la bataille contre le lymphome de Hodgkin, Maxence Parrot a immédiatement repris sa place parmi l’élite de son sport. Et ses performances lui ont valu d’enlever le prix du retour de l’année à l’occasion de la remise des prestigieux Prix mondiaux Laureus, présentés de façon virtuelle depuis Séville, en Espagne, jeudi.

Lisez la suite sur le site du quotidien La Voix de L’Est

Osaka, Hamilton, Salah et Nadal parmi les sportifs distingués

La cérémonie des Laureus Awards, diffusée en vidéoconférence jeudi soir à Séville, a mis à l’honneur plusieurs grands noms du sport mondial, dont Naomi Osaka et Rafael Nadal, Lewis Hamilton et Mohamed Salah, entre autres personnalités.

Le Bayern Munich, vainqueur de la Ligue des champions en août dernier, a aussi été choisi par le jury de l’Académie Laureus, pour la deuxième fois. Pour les très populaires Osaka et Nadal, dignes représentants du tennis mondial, ce sont respectivement le quatrième et le deuxième trophée Laureus.

Hamilton le Britannique, septuple champion du monde de F1 anobli par la Reine début janvier, a eu l’honneur de recevoir le premier trophée Laureus de « l’engagement social », pour sa prise de position en faveur du mouvement « Black Live Matters », sur les circuits, après la mort de George Floyd au Minnesota.

Quant à Mo Salah, l’attaquant égyptien de Liverpool, il a été distingué par le trophée de « l’inspiration sportive ». Un peu comme Hamilton, il est très engagé pour défendre une grande cause, celle de l’égalité des femmes au Moyen-Orient, et a été nommé par le magazine Time parmi les 100 personnalités les plus influentes dans le monde.

Une légende du tennis, l’Américaine Billie Jean King, a reçu un trophée pour l’ensemble de son œuvre. Celui du « moment sportif » a été attribué à Chris Nikic, premier athlète victime du Syndrome de Down à boucler un Ironman.

Agence France-Presse