L’athlète en fauteuil roulant Brent Lakatos (T53) s’est assuré de ne pas passer inaperçu à sa dernière épreuve de la saison en remportant la médaille d’or, dimanche, au Marathon de Londres.

Sportcom

Après une pause forcée par la pandémie, il s’agissait seulement de la troisième compétition du Québécois, lui qui a pris part aux Championnats nationaux britanniques ainsi qu’à un petit événement à Stoke Mandeville, il y a quelques semaines.

La date du 4 octobre 2020 était cependant encerclée depuis un bon moment sur le calendrier de Brent Lakatos et même si Dame Nature a ralenti ses ardeurs lors de l’échauffement, il se sentait en plein contrôle de ses moyens lorsque la course a débuté.

« Il pleuvait beaucoup et faisait environ 12 degrés, mais quand ç’a commencé, je me sentais bien et j’avais un bon manteau pour bloquer la pluie », a spécifié Lakatos.

En raison de la pandémie, la course a été présentée sur une boucle fermée pour la première fois de son histoire, le tout sans spectateurs au parc St-James de la capitale britannique. Les conditions météo ont fait en sorte que plusieurs petites roches se sont retrouvées sur la piste, ce qui a causé des crevaisons chez plusieurs coureurs. Le Canadien a toutefois été épargné.

« J’ai été chanceux, ça ne m’est pas arrivé ! » a-t-il lancé.

L’athlète de 40 ans originaire de Dorval s’est retrouvé parmi les cinq meilleurs compétiteurs tout au long de la course, mais c’est dans les derniers kilomètres qu’il a su se démarquer face au favori local David Weir (+2 secondes). Lakatos a finalement arrêté le chronomètre à 1 heure 36 minutes et 4 secondes, privant ainsi Weir d’un neuvième titre au Marathon de Londres. Le Suisse Marcel Hug (+4 secondes) a terminé troisième.

Brent Lakatos est le premier Canadien depuis Josh Cassidy en 2010 à triompher lors de cet événement. Il en était à sa troisième participation, lui qui avait fini 12e en 2019. Il avait également gagné le Marathon de Berlin en 2018.

Une course stratégique

Le Marathon de Londres a présenté quatre sprints de 500 m durant la course, tous situés au même endroit de la boucle, où le coureur le plus rapide était récompensé financièrement. Une formule qui a avantagé Brent Lakatos, spécialiste du sprint et détenteur de cinq records du monde en para-athlétisme dans sa catégorie.

« Ç’a été une course plus stratégique parce que les gars voulaient maintenir leur puissance en vue des sprints. Tout le monde ralentissait ensuite et il fallait gérer notre énergie en conséquence. C’était une course où la vitesse changeait beaucoup et c’était très bon pour moi ! » a dit celui qui vise une cinquième participation aux Jeux paralympiques l’été prochain.

Toujours selon le vainqueur du jour, de nombreuses mesures ont été prises par l’organisation afin d’éviter la propagation de la COVID-19. Les participants ont été testés avant de se rendre en Grande-Bretagne, à leur arrivée au pays et vendredi dernier. Une attention particulière a été apportée afin de respecter la distanciation sociale, en plus de prendre la température de tous et de fournir des installations favorisant le respect des consignes.

La campagne de Brent Lakatos aura été de courte durée, mais il aura tout de même été en mesure de la boucler en beauté. « Il y avait des gars très vites ici aujourd’hui, comme David (Weir) et Marcel (Hug), mais aussi les Japonais qui sont toujours très rapides. Ç’a été une très bonne course et je suis content de terminer ma saison de cette façon », a-t-il conclu.