Aurélie Rivard et Mikaël Kingsbury ont été nommés athlètes de l’année au niveau international lors du 47e gala SportsQuébec, mardi soir.

La Presse Canadienne

Rivard a brillé sous les projecteurs lors des Championnats du monde de paranatation, qui se sont déroulés à Londres en septembre 2019, remportant cinq médailles.

« Ç’a été une année difficile. C’est là où il fallait que je me mesure à mes rivales pour voir où j’étais rendue. J’étais heureuse de pouvoir défendre mes titres mondiaux », a mentionné Rivard.

Rivard a gagné les deux seules médailles d’or du Canada lors de cette compétition, au 50 m style libre S10 et au 100 m style libre S10. L’athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu a ajouté une médaille d’argent, au 400 m style libre S10, et deux médailles de bronze, au 100 m dos S10 et au 4x100 m style libre.

« C’est pire être la fille à battre que d’être la sous-estimée. Il faut que je reste au sommet parce que la seule chose que je peux faire, c’est de tomber, a-t-elle expliqué. Je dois travailler plus fort et je dois toujours trouver une façon d’être meilleure. En même temps, j’aime les défis et je travaille pour rester là un petit bout. »

Âgée de 24 ans, Rivard s’est qualifiée pour les Jeux paralympiques de Tokyo et Natation Canada lui a décerné le titre de paranageuse de l’année au pays pour une quatrième fois.

Kingsbury a été fidèle à lui-même sur le circuit de la Coupe du monde dans la discipline des bosses en ski acrobatique. Il a continué à dominer son sport et il a remporté un neuvième globe de cristal de suite.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Mikaël Kingsbury, en octobre 2019.

Il s’agissait de son huitième Maurice consécutif dans cette catégorie.

« C’est un bel honneur. Quand je regarde la liste de Québécois qui compétitionnent autant été comme hiver, nous sommes une puissance mondiale dans le sport même si nous sommes une petite province. C’est spécial de gagner cet honneur huit fois de suite. Surtout un trophée qui porte le nom de Maurice Richard », a fait valoir Kingsbury.

Lors de la saison 2019-20, le bosseur de Deux-Montagnes a obtenu sept victoires en 10 épreuves et il a ajouté trois médailles d’argent. Il a aussi été le lauréat du Prix commémoratif John Semmelink 2020 en reconnaissance de sa domination et de son leadership communautaire.

« C’est plaisant gagner une fois, mais quand tu y goûtes, tu veux revivre ce sentiment. Chaque fois que j’ai terminé deuxième, je suis revenu encore plus fort la course suivante », a indiqué le skieur de 28 ans.

Ayant à cœur la progression de son sport et de la relève, Kingsbury a mis sur pied un camp de ski acrobatique.