(Ottawa) Le gouvernement fédéral a approuvé la proposition de quarantaine de groupes de la Ligue nationale de hockey pour les joueurs entrant au Canada, a déclaré la vice-première ministre, Chrystia Freeland, vendredi.

La Presse canadienne

Cette quarantaine de groupes, qui empêcherait les joueurs de se mêler au reste de la population, permettrait à la LNH d’éviter la quarantaine obligatoire de 14 jours imposée pour quiconque entre au pays.

Cette mesure retire un obstacle à la candidature éventuelle de Toronto, Edmonton et Vancouver pour servir de pôles de jeu si la ligue est en mesure de compléter sa saison plus tard cet été.

Freeland a indiqué que la quarantaine de groupes impliquerait des dépistages fréquents. Il sera crucial que les directives des autorités médicales soient suivies à la lettre, a-t-elle ajouté.

Questionnée au sujet de ce qui se passerait si un joueur ou un membre du personnel subissait un test positif, la directrice de la Santé publique, la Dre Theresa Tam, a indiqué que les directives des autorités sanitaires locales devraient être suivies.

« C’est l’approche à privilégier. S’il y avait un test positif, c’est la réponse des autorités locales qui prévaut.

“Je pense que c’est l’élément clé. Le protocole, qui est continuellement renouvelé, vise à réduire le nombre de gens qui devraient être retirés du groupe. Je pense que la décision devra être prise en fonction de l’évaluation des autorités sanitaires à ce moment-là. »

Le Dre Eileen de Villa, directrice de la Santé publique de Toronto, s’est dite satisfaite du plan proposé par la LNH.

« À nos yeux, pour autant que les considérations de santé publique soient convenablement abordées, ce que nous avons pu constater dans le document qui nous a été remis, nous sommes impatients de voir quelle décision sera prise et avons hâte d’accueillir les gens de façon sécuritaire dans notre ville. »

Le maire de Toronto, John Tory, a pour sa part déclaré que si sa ville était choisie, cela pourrait avoir un effet très bénéfique sur le moral de ses concitoyens. Il a ensuite lancé quelques pointes humoristiques à l’endroit des autres villes candidates.

« Je crois que nous sommes la capitale mondiale du hockey. Je l’ai mentionné en quelques occasions officielles de la LNH auxquelles j’ai assisté et certaines personnes d’ailleurs le prennent mal, mais c’est leur problème. »

La Dre Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, a dit que si Edmonton était sélectionné et qu’un joueur ou un membre du personnel obtenait des résultats positifs, les autorités sanitaires locales seraient en contact étroit avec la LNH pour déterminer les prochaines étapes.

« Quelles que soient les circonstances qui finissent par être déterminantes, nous veillerions à ce qu’il n’y ait aucun risque pour le public et aucun risque de propagation en dehors de cette cohorte particulière », a t-elle déclaré.

Les trois villes canadiennes, en plus de Chicago, Columbus, Dallas, Las Vegas, Los Angeles, Pittsburgh, et Minneapolis/St. Paul, sont en lice pour servir de pôles de jeu.

La LNH a dit vendredi que plus de 200 joueurs ont été testés lors des entraînements volontaires dans les installations des équipes, depuis le 8 juin. Il y a eu 11 tests positifs.

La LNH prévoit lancer de nouveaux camps d’entraînement pour les 24 équipes toujours en action le 10 juillet.