Plusieurs États ont battu des records de contagion de la COVID-19 cette semaine. La Floride. La Californie. Le Texas. L’Arizona. Les deux Carolines. Au point où on commence à entendre le mot-qui-ne-doit-pas-être-prononcé.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Reconfi… (tousse tousse).

Est-ce un obstacle à la reprise du sport professionnel ?

Pas encore. En Floride, où la NBA et la MLS veulent reprendre leurs activités, le taux d’occupation des lits aux soins intensifs est d’environ 80 %. Il y a donc encore une marge de manœuvre dans les hôpitaux. Sauf que chaque jour, elle s’amincit. Si la situation n’est pas maîtrisée rapidement, les autorités sanitaires pourraient de nouveau devoir restreindre les rassemblements. Et forcer les commissaires à chercher des solutions ailleurs.

Voici les chances de reprise pour chaque ligue. Entre parenthèses : la variation depuis la dernière évaluation, à la mi-mai.

LNH

Sur papier, la ligue progresse. Le format des séries éliminatoires est choisi. Les joueurs sont d’accord. Les villes hôtesses seront bientôt connues. La LNH a d’ailleurs le choix entre plusieurs régions peu touchées par la pandémie.

PHOTO JEAN-YVES AHERN, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Les Penguins de Pittsburgh et le Canadien de Montréal doivent s’affronter en ronde de qualification pour les séries éliminatoires… si les activités reprennent dans la LNH.

Sur la glace, par contre, on tourne en rond. Près de 15 % des joueurs sont toujours en Europe. Chacun s’entraîne dans un aréna près de chez lui. Même au Canada. De sorte que seulement quatre joueurs du Canadien patinent ensemble, ici. L’annonce d’une date officielle de retour au jeu devrait précipiter les déplacements.

Les chances de reprise : 8/10 (+ 1)

MLS

Comme prévu, les joueurs ont cédé aux demandes des propriétaires. Tout est maintenant en place pour que la MLS soit la première ligue professionnelle déconfinée en Amérique du Nord. Son tournoi, calqué sur celui de la Coupe du monde, doit commencer le 8 juillet, à Orlando. Les joueurs vivront isolés dans un complexe de Disney. Seule inquiétude : l’explosion du nombre de cas en Floride. Bulle ou pas, les autorités ont toujours le pouvoir de limiter les rassemblements.

Les chances de reprise : 9/10 (+ 3)

Baseball majeur

La misère des riches. D’une part, les joueurs insistent pour recevoir leur plein salaire. De l’autre, les propriétaires veulent imposer un partage des revenus – ou des pertes, selon le point de vue.

Mon avis ? C’est du bluff. Des deux côtés.

PHOTO DARRON CUMMINGS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Mike Trout, des Angels de Los Angeles

La solution ? Une saison de 54 parties. La période d’isolement des joueurs serait de deux à trois mois plutôt que de quatre à cinq mois. Un gain important. Ils toucheraient aussi leur plein salaire, au prorata des matchs disputés. Les propriétaires, eux, limiteraient leurs risques en réduisant les dépenses salariales tout en empochant les généreux contrats de télédiffusion d’ESPN, FOX et TBS. Ce dernier groupe est même prêt à augmenter sa mise de 40 %.

Par contre, j’ai de gros doutes sur la faisabilité de présenter les parties dans les stades locaux de chaque équipe. Une seule ville, ou seul État, me semble être un plan plus réaliste dans les conditions sanitaires actuelles.

Les chances de reprise : 4/10 (stable)

NBA

La NBA a fait le sous-marin jusqu’à la fin de mai. Depuis qu’elle a émergé, elle progresse à une vitesse folle. Le commissaire vient de s’entendre avec l’Association des joueurs pour un tournoi éliminatoire de 22 équipes, entièrement disputé à Orlando, dans un complexe de Disney. L’enjeu ? Le même que la MLS : la situation sanitaire en Floride.

Les chances de reprise : 9/10 (pas de cote en mai)

NFL

La ligue joue la carte de la normalité. Avec succès. Le repêchage – présenté à la date prévue – fut une grande réussite. Rien n’a ralenti le marché des joueurs autonomes. Pas de rififi non plus entre les propriétaires et les joueurs, comme dans le baseball majeur et la MLS. Il reste encore deux mois et demi avant le début de la saison. Rien ne presse. Au contraire. La ligue pourrait même attendre la fin des tournois éliminatoires des autres ligues pour occuper tout le terrain médiatique pendant des mois.

Les chances de reprise : 7/10 (+ 1)

LCF

Jeudi dernier, le président de l’Association des joueurs a laissé ce message sur Twitter : « Contrairement à ce qui a été promis, l’Association n’a pas reçu de proposition concrète de la LCF au sujet d’une convention collective pour la saison 2020. Ni d’orientation concrète quant aux possibilités d’une saison 2020 ».

Je ne sais plus ce qui pourrait sauver une saison de la LCF. Mais cette ligue nous a habitués à une résilience extraordinaire. C’est l’unique raison pour laquelle je lui laisse un petit point.

Les chances de reprise : 1/10 (- 1)