Rappel de quelques évènements marquants qui se sont produits au fil du temps, entre le 30 mars et le 5 avril.

André Rivest André Rivest
La Presse

1er avril 1919

La pandémie de grippe espagnole et le hockey

Le Canadien de Montréal, champion de la LNH, se mesure aux Metropolitans de Seattle, champions de la ligue du Pacifique (PCHA), pour l’obtention de la Coupe Stanley. Les affrontements ont lieu à Seattle. Le Canadien a eu sa part de difficultés dans la série, perdant notamment deux parties au compte de 7-0 et 7-2. Mais il ne faut jamais compter le capitaine et leader du Canadien, Newsy Lalonde, pour battu. Son brio permet de niveler la série. Le sixième et dernier match déterminera le vainqueur de la Coupe Stanley, mais la grippe espagnole a déjà frappé le vestiaire du Canadien. Le défenseur Bad Joe Hall est le plus mal en point. Six des neuf joueurs de l’équipe sont atteints, y compris Newsy Lalonde. Même l’entraîneur et propriétaire George Kennedy est touché. Seuls Georges Vézina, Didier Pitre et Odie Cleghorn retournent à Montréal sans difficulté. Les autres restent dans l’Ouest pour y être soignés. Le défenseur Joe Hall en meurt quatre jours plus tard et Kennedy ne s’en remettra jamais vraiment. Il meurt en 1921 des complications de cette maladie.

>Lisez «Les Canadiens sont pris de la grippe»

>Lisez la mort de Joe Hall relatée dans La Presse

30 mars 2001

Un adolescent recordman

À seulement 15 ans et 9 mois, le jeune Michael Phelps bat le record du monde du 200 m papillon en natation à Austin, au Texas. Phelps devient le plus jeune athlète masculin à battre un record du monde. Et ce n’était que le début. Il deviendra le plus grand médaillé de l’histoire des Jeux olympiques avec 28 médailles, dont 23 d’or. Au total, il a remporté 49 des 63 épreuves qu’il a disputées aux Jeux olympiques ou aux Championnats du monde.

31 mars 1984

La machine à marquer

Michael Bossy, des Islanders de New York, inscrit deux buts dans une victoire de 3-1 de son équipe face aux Capitals de Washington. Son premier but est son 50e de la saison, un palier qu’il atteint pour la septième saison d’affilée. Du jamais-vu. Bossy dépassait alors la marque de six saisons établie par Guy Lafleur. L’attaque était à l’honneur dans la LNH à cette époque, de sorte que Bossy n’a probablement pas reçu autant de reconnaissance qu’il en aurait mérité pour ses exploits.

>Lisez l'article de La Presse