L'arrivée de Robert Lang et l'embauche de Patrice Brisebois pour une autre saison ont mis fin à toutes les discussions entourant l'arrivée possible de Mats Sundin à Montréal. Enfin!

Mathias Brunet

«Je crois qu'on a attendu Sundin assez longtemps, a admis Guy Carbonneau, hier. Bob l'a rencontré (récemment) et il n'avait toujours pas l'air certain, alors il fallait aller au plan B. Lang n'est pas Sundin, mais il coûte moins cher et ça nous a permis de signer Brisebois. Pour moi, ça met une boucle sur l'été. C'est sûr que si Sundin se manifeste dans quelques semaines ou quelques mois, Bob va l'écouter, mais présentement, mon club est fait.»

Lang, lui, ne se dit nullement offusqué de constituer un plan B. «J'ai évidemment suivi le dossier, même de chez moi à San Diego, cet été. Dans son cas, il veut prendre son temps. Tout ce que je peux dire, c'est tant mieux pour moi et tant pis pour Mats puisqu'il aurait pu être ici», a lancé Lang avec un petit sourire espiègle.