« On les a emmenés parce que l'on ne peut pas vivre sans eux », explique Katarina, une réfugiée de Kiev qui a fui avec ses deux loulous de Poméranie.

Publié le 11 mars
Agence France-Presse

Comme elle, des milliers de réfugiés traversent la frontière avec des chats, des chiens, des tortues, des oiseaux et autres animaux de compagnie.

À Prezmysl, ville polonaise non loin de la frontière, un refuge s'occupe également de recevoir les animaux ukrainiens que des bénévoles viennent déposer.

« La situation c'est que les chiens et les chats de Lviv sont emmenés ici pour se reposer, et changer de moyen de transport. Ils boivent, ils mangent et ils commencent à se calmer parce qu'ils sont extrêmement nerveux, ils ont faim, ils sont stressés, indique Joanna Puchalsa-Tracz, responsable du refuge de Orzechowce. Ils se reposent, puis ils sont envoyés en Allemagne ou dans d'autres refuges en Pologne. On libère de la place pour les suivants qui viennent d'Ukraine. »