Source ID:3c7b1863c0a03ef6a7dffdfceaa1b1d4; App Source:StoryBuilder

Fukushima: plus de cancers chez les enfants

Une étude japonaise a montré cette semaine que les taux de cancer de la thyroïde chez les enfants de Fukushima sont de 40 à 50 fois plus élevés que prévu. Mais il s'agit d'un type de cancer de la thyroïde qui n'est pas lié aux radiations. Cela pourrait signifier que 95% des cancers de la thyroïde sont bénins et asymptomatiques.

Après l'accident nucléaire de Fukushima, les autorités japonaises ont lancé un vaste programme de suivi du cancer de la thyroïde chez 300 000 enfants. «Depuis les études sur les survivants des bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, on sait que le risque de cancer de la thyroïde est limité aux gens de moins de 20 ans», explique en entrevue Louise Davies, de l'Université Dartmouth, au New Hampshire, qui a publié un commentaire accompagnant la nouvelle étude japonaise dans la revue JAMA Otolaryngology.

«Ça s'est confirmé avec l'accident de Tchernobyl en 1986, mais les données étaient difficiles à analyser parce qu'elles avaient été récoltées de différentes manières en Biélorussie, en Ukraine et en Russie. Alors les autorités japonaises ont décidé de voir quelle était la prévalence naturelle du cancer de la thyroïde avec un programme universel de dépistage lancé immédiatement après l'accident à la centrale de Fukushima, avant que les radiations puissent causer le cancer de la thyroïde.» Les deux relevés ont eu lieu en 2013 et en 2015.

«Inflation artificielle» lors des dépistages universels

Le taux observé de cancer de la thyroïde était de 29 cas par année par 100 000 adolescents de 15 à 18 ans, ce qui est 50 fois plus élevé que le nombre normal de diagnostics, et de 48 cas par année par 100 000 patients de 18 à 20 ans, 38 fois plus que le nombre normal de diagnostics.

Mais attention : il ne s'agit pas de cancers dus aux radiations de Fukushima. À Tchernobyl, l'augmentation du cancer de la thyroïde chez les enfants est survenue de trois à cinq ans après l'accident de 1986, mais il s'agissait d'une population ayant des carences en iode, selon la Dre Davies. Au Japon, qui ne connaît pas de carences en iode, l'impact des radiations devrait être observable plus tard.

Autre indice, les cas de cancer de la thyroïde observés au Japon étaient pour la plupart liés à une mutation génétique qui n'est pas causée par les radiations, dit l'oncologue du New Hampshire. «Ça confirme qu'on a une inflation artificielle des taux de cancer de la thyroïde quand on lance un dépistage universel après une catastrophe naturelle. C'est arrivé avec le dépistage chez les premiers répondants qui sont intervenus au World Trade Center après les attentats du 11 septembre 2001.»

Éviter les traitements inutiles

Les 187 enfants et adolescents qui ont eu un diagnostic de cancer de la thyroïde dans le cadre du dépistage universel post-Fukushima ont tous été traités.

«On doit les traiter selon l'hypothèse que ce sont tous des cancers qui vont devenir malins, avec des symptômes, explique la Dre Davies. Nos collègues japonais ont fait attention de les protéger des traitements inutiles. Par exemple, ils ont limité le nombre de nodules ayant fait l'objet d'une biopsie, et ils ont fait une ablation partielle plutôt que complète de la thyroïde quand c'était nécessaire. Avec une ablation complète, il faut prendre de l'hormone de remplacement le reste de sa vie.»

L'accident de Fukushima

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami ont frappé le nord du Japon. La centrale nucléaire de Fukushima a été endommagée et les fuites radioactives ont causé l'évacuation de 160 000 personnes vivant dans un rayon de 30 km autour de la centrale côtière. Plus des deux tiers d'entre elles sont depuis rentrées chez elles, les zones d'évacuation étant passées de 1150 km2 en 2013 à 370 km2 maintenant.

Un curieux phénomène

Les données préliminaires de Fukushima semblent montrer que la plupart des cas de cancer de la thyroïde qui seraient détectés avec un dépistage universel seraient bénins - s'ils étaient traités, le risque de mourir du cancer de la thyroïde ne diminuerait pas. Mais dans les données japonaises publiées cette semaine dans JAMA Otolaryngology, un curieux phénomène a attiré l'attention de Louise Davies : beaucoup de cas de cancer de la thyroïde avaient généré des métastases dans les glandes lymphatiques.

«Quand on voit ces métastases, on considère généralement qu'il faut traiter le cancer de la thyroïde, dit la Dre Davies. Mais il nous faut maintenant envisager que même ces métastases dans les glandes lymphatiques peuvent rester bénignes pendant des décennies. Comme les Japonais vont suivre cette cohorte pendant encore longtemps, on va apprendre des choses intéressantes.»

Le cancer de la thyroïde au Canada

7100 Nombre de diagnostics de cancer de la thyroïde chaque année au Canada

220 Nombre de patients qui meurent du cancer de la thyroïde chaque année au Canada

98% Probabilité de survivre plus de cinq ans à un diagnostic de cancer de la thyroïde au Canada

Source : Société canadienne du cancer




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer