Télé, tablettes, consoles : nos enfants sont initiés de plus en plus tôt aux écrans et y passent de plus en plus de temps. En plus du manque d'exercice, cela nuirait aussi... au langage.

Philippe Mercure LA PRESSE

La Société canadienne de pédiatrie recommande une heure par jour de temps-écran pour les petits de 2 à 5 ans et deux heures pour les 6 à 11 ans. Tania Tremblay, enseignante au collège Montmorency et à l'Université du Québec à Montréal, a suivi 149 enfants pendant plusieurs années, en comparant les habiletés de langage de ceux qui suivent les directives et de ceux qui ne les suivent pas. Résultats : à 4 et 5 ans, il existe des différences, mais qui disparaissent quand on contrôle avec le quotient intellectuel et le statut socioéconomique. Mais à 7 ans, l'écart se creuse et s'observe peu importe les autres variables. « Il y a un effet d'accumulation, et à 7 ans, le QI et le statut socioéconomique ne permettent plus de compenser », estime la chercheuse. Mme Tremblay a montré que le temps-écran se fait au détriment des activités de lecture, et s'inquiète de voir que l'Académie américaine de pédiatrie a levé les restrictions du temps-écran chez les enfants de plus de 5 ans.