La consommation de plats industriels augmente le risque de cancer

Les aliments pour lesquels les chercheurs voient un... (BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les aliments pour lesquels les chercheurs voient un risque comprennent des pains, des sucreries, des desserts, des céréales, des boissons sucrées, des viandes transformées (boulettes, croquettes, jambon avec additifs, etc.), des pâtes et soupes instantanées, des plats surgelés ou en barquette, etc.

BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugues HONORÉ
Agence France-Presse
Paris

Ceux qui abusent des plats industriels augmentent leur risque d'être atteints d'un cancer, selon une étude auprès de 105 000 personnes en France, qui formule des hypothèses sur l'origine du danger.

« Le lien de cause à effet reste à démontrer », a précisé jeudi l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, qui a financé l'étude avec d'autres institutions publiques françaises. Mais la corrélation est établie.

Une brioche industrielle, une pizza surgelée, une salade composée... De 2009 à 2017, les participants à l'étude NutriNet-Santé ont périodiquement rempli des questionnaires en ligne sur ce qu'ils mangeaient.

Les chercheurs, qui publient leur étude dans la revue BMJ (British Medical Journal), se sont intéressés à ce qu'ils appellent les « aliments ultratransformés ».

D'après eux, ceux-ci « contiennent souvent des quantités plus élevées en lipides, lipides saturés, sucres et sels ajoutés, ainsi qu'une plus faible densité en fibres et vitamines ».

Ils citent pains, sucreries, desserts, céréales, boissons sucrées, viandes transformées (boulettes, croquettes, jambon avec additifs, etc.), pâtes et soupes instantanées, plats surgelés ou en barquette, etc.

À quel point ces produits qui peuplent nos supermarchés et garde-mangers sont-ils dangereux ?

«Une augmentation de 10% de la proportion d'aliments ultratransformés dans le régime alimentaire s'est révélée être associée à une augmentation de plus de 10% des risques de développer un cancer (...) et un cancer du sein en particulier», résume l'Inserm.

Pour le cancer, ce risque est accru de 6 à 18%, et pour le cancer du sein spécifiquement, de 2 à 22%. Les «graisses et sauces ultratransformées et les produits et boissons sucrées» étaient en cause globalement, et pour le cancer du sein, les chercheurs accusaient «les produits sucrés ultratransformés».

Moins de temps en cuisine

«L'avantage de cette étude, qui a des limites, et qui ne prétend pas à l'exhaustivité, c'est de donner des chiffres», a commenté le médecin nutritionniste Laurent Chevallier (CHU de Montpellier).

Lui qui publiera fin février le livre «L'indulgence dans l'assiette» (Fayard) refuse de jeter l'anathème sur toute l'alimentation industrielle. Son livre conseille «les produits les moins pires», y compris parmi les frites, les mayonnaises ou les conserves de cassoulet.

«Aujourd'hui; on ne doit pas être dans le déni, et faire croire que tout le monde va faire mijoter son pot-au-feu. On passe moins de temps en cuisine, et il faut des conseils qui correspondent aux modes de vie des parents qui travaillent, ou des adolescents qui se posent des questions», explique-t-il à l'AFP.

Reste une énigme: ce qui provoque ces cancers. Les scientifiques ont fait état de 2228 cas, dont 108 mortels et 739 du sein, sur la période et la population étudiées.

Les «hypothèses» des chercheurs les portent vers «la qualité nutritionnelle généralement plus faible» de ces produits, trop gras, trop caloriques et/ou trop salés, et «la vaste gamme d'additifs» qu'ils contiennent.

Par ailleurs, «la transformation des aliments et en particulier leur cuisson produisent des contaminants nouvellement formés», et leur emballage plastique peut contenir du bisphénol A, un perturbateur endocrinien, s'inquiètent-ils.

Dans un éditorial, le BMJ a souligné que l'étude ne proposait qu'une première observation, qui «mérite une exploration attentive et plus poussée».

D'autres facteurs peuvent entrer en jeu, selon la revue, car «par exemple, le tabagisme et une activité physique faible étaient bien plus répandus chez les participants qui consommaient une plus grande proportion d'aliments ultratransformés».

Ce terme même reste «peu utilisé par les scientifiques de la nutrition», a relevé un professeur en diététique du King's College de Londres, Tom Sanders.

Cité par Science Media Centre, il estime que «cette classification semble arbitraire et fondée sur le postulat que les aliments traités industriellement ont une composition nutritionnelle et chimique différente de ceux produits à la maison ou par des artisans. Ce n'est pas le cas».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer