Source ID:; App Source:

Fuite d'oxygène sur un vaisseau Soyouz: un cosmonaute se fait rassurant

« Ne vous inquiétez pas », a déclaré dans une... (photo KIRILL KUDRYAVTSEV, via Europe 1, archives AFP)

Agrandir

« Ne vous inquiétez pas », a déclaré dans une vidéo le cosmonaute russe Sergueï Prokopiev. Il a expliqué comment les cosmonautes ont découvert, le 30 août, « un trou de deux millimètres par lequel notre air disparaissait », puis de quelle façon ils l'ont colmaté.

photo KIRILL KUDRYAVTSEV, via Europe 1, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Un cosmonaute russe a publié lundi une vidéo montrant le trou ayant provoqué une légère fuite d'oxygène sur un vaisseau Soyouz amarré à la Station spatiale internationale (SSI), en assurant que « tout est calme » à bord.

C'est la première fois que des images de ce minuscule trou découvert le 30 août sont officiellement diffusées. La NASA avait brièvement publié une vidéo montrant l'orifice avant de la supprimer, invoquant « une erreur ».

« Comme vous pouvez le voir, tout est calme à bord. Nous vivons comme toujours en paix et en amitié », déclare Sergueï Prokopiev dans une vidéo publiée sur sa page VK, l'équivalent russe de Facebook.

« S'il vous plaît, ne vous inquiétez pas », ajoute encore en souriant le cosmonaute de 43 ans, avant d'expliquer comment les deux cosmonautes russes ont découvert, le 30 août, « un trou de deux millimètres par lequel notre air disparaissait », puis de quelle façon ils l'ont colmaté, soit avec trois couches de produits hermétiques.

Moins d'une semaine après la découverte de la fuite d'oxygène, qui n'a pas mis en danger la vie de l'équipage de la SSI, le directeur de l'agence spatiale russe Roskosmos, Dmitri Rogozine, avait créé l'étonnement en évoquant un possible « acte prémédité ».

« Il y a aussi une autre version que nous n'excluons pas : une interférence délibérée dans l'espace », avait-il déclaré.

La fissure est située sur une partie du vaisseau Soyouz, qui ne sera pas utilisée pour le retour sur Terre. Une commission d'enquête a été créée pour en déterminer les responsables.

Les problèmes techniques et dysfonctionnements ne sont pas rares à bord de la SSI, et, la plupart du temps, sans réel danger pour l'équipage.

Le secteur spatial russe a connu plusieurs revers retentissants entre 2015 et 2017, tels que la perte d'un vaisseau cargo Progress devant ravitailler la SSI, la défaillance d'un lanceur Proton ou encore la découverte de défauts sur la plupart des moteurs produits pour les fusées devant placer en orbite des satellites.

La Station spatiale internationale est l'un des rares exemples de coopération entre la Russie et les États-Unis dans un contexte de tensions sans précédent depuis la Guerre froide.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer