Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou s'est positionné mardi contre des «discussions interminables» avec l'Iran sur son programme nucléaire après l'élection du nouveau président iranien Hassan Rohani.

Publié le 18 juin 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il ne faut pas permettre à l'Iran de gagner du temps en menant des discutions interminables» avec la communauté internationale sur son programme nucléaire, a affirmé M. Netanyahu lors d'une rencontre avec le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, selon un communiqué de son bureau.

«Le nouveau président iranien a affirmé que si l'Iran parvient à calmer la communauté internationale, son pays pourrait faire avancer son programme nucléaire», a ajouté M. Netanyahu.

«Il ne faut pas laisser l'Iran jouer ce jeu. Aujourd'hui, il est indispensable de continuer la pression (sur l'Iran) nous ne devons pas céder aux illusions», a ajouté M. Netanyahu.

Depuis l'annonce de la victoire surprise de Hassan Rohani, un religieux considéré comme modéré, à la présidentielle iranienne, M. Netanyahu et les alliés de son gouvernement sont montés au créneau pour répéter que cette élection ne changeait pas la donne, qu'il fallait maintenir la pression sur Téhéran et ne pas alléger les sanctions internationales, qui ont durement frappé l'économie iranienne.

Le président Hassan Rohani a pour sa part choisi d'adopter le ton de la conciliation avec l'Occident dans ses premières déclarations, mais il reste pour l'instant engagé dans la même voie que son prédécesseur sur les questions clés comme le nucléaire.

Israël, considéré comme la seule puissance nucléaire de la région, et les pays occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.