(Kharkiv) Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu dimanche, pour la première fois depuis l’invasion russe, dans l’est du pays, au moment où les forces de Moscou resserrent leur étau sur des villes clés de la région du Donbass.  

Mis à jour le 29 mai
Dmitry ZAKS Agence France-Presse

Sur des images diffusées sur l’internet par la présidence ukrainienne, on peut voir le président Zelensky, en gilet pare-balles et entouré de soldats en armes, visiter les décombres de bâtiments détruits à Kharkiv (nord-est), deuxième ville du pays, et ses environs.  

« 2229 maisons détruites à Kharkiv et dans la région. Nous restaurerons, reconstruirons et ferons revenir la vie. À Kharkiv et dans toutes les autres villes et villages où le mal est venu », a-t-il déclaré sur Telegram.

« Dans cette guerre, les occupants tentent d’obtenir un résultat, quel qu’il soit. Mais ils doivent comprendre depuis longtemps que nous défendrons notre terre jusqu’au bout. Ils n’ont aucune chance. Nous nous battrons et nous gagnerons », a encore indiqué M. Zelensky.

Dans son message vidéo quotidien, il a plus tard annoncé le limogeage du chef des services secrets de la région de Kharkiv, « parce qu’il ne travaillait pas à la défense de la ville depuis les premiers jours de cette guerre, mais ne pensait qu’à lui-même ».

« La Russie a déjà perdu, non seulement la bataille de Kharkiv, non seulement la bataille pour Kyiv et le nord du pays. Mais aussi son propre avenir et tous ses liens culturels avec le monde libre. Ils ont tous brûlé », a-t-il ajouté.

Plus de trois mois après l’invasion lancée par Moscou le 24 février, le conflit semble s’installer dans la durée, malgré les tentatives de médiation.

Samedi, le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont demandé au président russe Vladimir Poutine, lors d’un entretien téléphonique, d’entamer des « négociations directes sérieuses » avec son homologue ukrainien. M. Poutine a répondu que la Russie restait « ouverte à une reprise du dialogue » avec Kyiv – qui est actuellement au point mort.

« Bombardements constants »

Pendant ce temps, les forces russes, qui se sont repliées de la région de Kharkiv et ont été redéployées vers le Sud, ont progressé en direction des villes clefs de Severodonetsk, pilonnée sans relâche, et Lyssytchansk, sa ville jumelle, dans le Donbass.

Situées de part et d’autre de la rivière Siversky Donets, elles sont menacées d’encerclement par les forces russes et les séparatistes prorusses, qui cherchent à établir un contrôle complet sur le bassin minier du Donbass.  

La situation à Lyssytchansk s’est « largement aggravée », a admis dimanche sur Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Louhansk, qui avec celle de Donetsk forme le Donbass. « Un obus russe est tombé sur un immeuble d’habitation, une fille est morte sur place et quatre personnes ont été hospitalisées », a-t-il dit.  

PHOTO ARIS MESSINIS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un homme marche le long d’une route où se trouvent les restes d’un missile, le 26 mai à Lyssytchansk, dans la région du Donbass.

À Severodonetsk, « l’ennemi a mené des opérations d’assaut », selon l’état-major de l’armée ukrainienne. D’après le gouverneur Gaïdaï, l’assaut se poursuit dans la ville avec des combats de rue.

« Toutes les infrastructures essentielles sont déjà détruites. 90 % des habitations sont endommagées. Plus des deux tiers des habitations de la ville sont complètement détruites », a énuméré le président Zelensky, évoquant des « bombardements constants ».  

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour contenir cette offensive », a-t-il ajouté, rappelant qu’« il n’y a pas eu un jour où nous n’avons pas essayé de trouver plus d’armes, plus d’armes modernes pour protéger notre pays, notre peuple ».

« La semaine prochaine sera très dure », avait admis samedi le gouverneur Gaïdaï.

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait revendiqué quant à lui samedi soir sur Telegram que « Severodonetsk est sous notre contrôle total […] La ville a été libérée ».

Le maire de Severodonetsk, Olexander Stryuk, a alerté sur l’aggravation de la situation sanitaire dans cette ville qui comptait 100 000 habitants avant la guerre. Les « bombardements constants » compliquent beaucoup l’approvisionnement – notamment en eau potable – de la cité, privée d’électricité depuis plus de deux semaines, a-t-il écrit sur Telegram.

« Où puis-je m’enfuir ? »

Dans un communiqué publié dimanche matin, le ministère russe de la Défense a déclaré que l’armée russe avait détruit « avec des missiles de haute précision de longue portée un important arsenal des forces armées ukrainiennes », dans la région de Dnipropetrovsk (sud-est).

PHOTO FRANCISCO SECO, ASSOCIATED PRESS

Yana Skakova et son fils Yehor ont évacué Lyssytchansk par train, le 28 mai à la gare de Pokrovsk.

Ces missiles ont également visé au cours des dernières 24 heures un système de défense antiaérienne ukrainien près de Mykolaïevka, dans la région de Donetsk, une station radar dans la région de Kharkiv, et cinq dépôts de munitions notamment près de Severodonetsk, selon le même communiqué.

Les autorités séparatistes prorusses de la région de Donetsk ont de leur côté annoncé qu’une femme avait été tuée et trois civils blessés par un bombardement ukrainien sur la ville de Donetsk.

À Soledar, près de la ligne de front, les habitants vivent dans la peur et la résignation. « Où puis-je m’enfuir ? Ils tirent de partout, où que vous alliez », explique Valentyna Pavlenko, 69 ans.  

Un peu plus à l’ouest, le ministère russe de la Défense a confirmé samedi la prise de contrôle de la localité de Lyman, qui ouvre la voie aux grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk, dans le Donbass.  

PHOTO ARIS MESSINIS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un pont reliant Lyssytchansk et Severodonetsk a été détruit lors des bombardements.

Le commandant des forces armées du District militaire central de Russie, le général Alexandre Lapine, a salué dimanche « le courage et l’héroïsme » des militaires russes ayant participé à la prise de Lyman.  

Dimanche, l’armée ukrainienne a indiqué que le regroupement des forces russes « se renforce » dans ce secteur.

Alors que l’Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a assuré, lors de sa conversation avec ses pairs français et allemands, que son pays était « prêt » à aider une exportation « sans entraves » des céréales de l’Ukraine.

« La Russie est prête à aider à trouver des options pour une exportation sans entraves des céréales, y compris des céréales ukrainiennes en provenance des ports situés sur la mer Noire », selon un communiqué du Kremlin.

Pour M. Poutine, les difficultés liées aux livraisons alimentaires ont été provoquées par « une politique économique et financière erronée des pays occidentaux, ainsi que par les sanctions antirusses » imposées par ces pays.  

À Bruxelles, à la veille d’un sommet de l’UE, les représentants des Vingt-Sept ont examiné dimanche une nouvelle proposition qui exempterait temporairement un oléoduc clé pour la Hongrie d’un embargo progressif de l’UE sur le pétrole russe, afin de tenter de lever le blocage sur leur 6e paquet de sanctions contre Moscou.

Ces nouvelles sanctions sont pour l’instant bloquées par la Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer et dépendant du pétrole acheminé de Russie par l’oléoduc Droujba, qui lui fournit 65 % de sa consommation.