(Paris) Eric Zemmour a critiqué samedi « l’assistanat » qui selon lui favorise l’immigration, lors de son deuxième grand rassemblement de campagne à Lille, sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen réservant ses attaques à Reims au quasi-candidat Macron.

Mis à jour le 5 février
Robin BJALON avec les équipes de l’AFP à Lille et Reims Agence France-Presse

Alors que plusieurs centaines de manifestants antiracistes ont manifesté dans les rues de Lille, avec quelques tensions et tirs de gaz lacrymogènes, le candidat d’extrême droite, face à 6000 partisans chauffés à blanc au Grand Palais de Lille, a tenu un discours axé sur le pouvoir d’achat pour « donner l’espérance » que « la France du travail attend » selon lui.

« Ici encore plus qu’ailleurs, l’assistanat (des aides sociales) est une insulte », a-t-il fustigé, promettant d’être « le président qui réunira l’entrepreneur et le travailleur ».

Parmi plusieurs mesures qu’il n’a pas chiffrées, Eric Zemmour propose notamment une « prime zéro charges », versée au bon vouloir de l’employeur, « jusqu’à trois mois de salaire net ». Une forme d’extension de la « Prime Macron », mesure créée en 2019 et reconduite depuis. Près de quatre millions de salariés ont touché cette prime l’an dernier avec un versement moyen de 506 euros.

Dans la salle, ses sympathisants ont loué la « vision » et « les nouvelles idées » du candidat, face à « une France en grave danger » à leurs yeux.

PHOTO MICHEL SPINGLER, ASSOCIATED PRESS

Eric Zemmour, face à quelque 6000 partisans galvanisés au Grand Palais de Lille, a tenu un discours axé sur le pouvoir d’achat, pour « donner l’espérance » que « la France du travail attend » selon lui.

Une manifestation de 1100 personnes opposées à la venue du candidat Reconquête ! dont 200 de l’ultra-gauche, selon la police, a eu lieu un peu auparavant, émaillée de tensions. Les forces de l’ordre ont eu recours sporadiquement à des tirs de gaz lacrymogène face à plusieurs dizaines d’invidus vêtus de noir. Six personnes ont été interpellées et un policier a été blessé à la main, selon les autorités.

Les manifestants, à l’image de Christian, un retraité de 68 ans, ont regretté que « les gens soient sourds ou aveugles » face à des idées qu’ils jugent dangereuses.

Une autre manifestation de 500 personnes, dont la maire PS de la ville Martine Aubry et des membres de SOS Racisme, avait eu lieu plus tôt dans le calme pour « dire non à la haine ».

« On va gagner ! »

Dans un duel à distance, Marine Le Pen, qu’un dernier sondage Ipsos Sopra-Steria donne à égalité avec son rival Eric Zemmour (14 %) derrière Valérie Pécresse (16,5 %) et Emmanuel Macron (24 %), a tenu à marquer ses différences, à Reims, avec Eric Zemmour, indiquant avoir un « projet travaillé, réfléchi, complet ».

Mais elle a surtout attaqué Emmanuel Macron, qu’elle affronterait au deuxième tour, responsable selon elle de la « regression » d’une France « polytraumatisée », « abandonnée » et « ensauvagée ».

Devant 4000 militants, drapeaux bleu-blanc-rouge à la main et chantant à plusieurs reprises « On va gagner ! », la candidate du RN a appelé à « briser le cycle du défaitisme » face à « un appauvrissement des Français » qui « n’est pas une fatalité » à ses yeux.

PHOTO STEPHANE DE SAKUTIN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Marine Le Pen

Seul léger incident à noter, l’irruption de deux Femen, torses nus et scandant « Le Pen fasciste, pas féministe », rapidement maîtrisées par la sécurité.

Mme Le Pen a tenu à conclure son discours sur une note plus personnelle, exercice rare pour elle, évoquant son parcours et confessant « avoir parfois échoué », « être tombée » et « s’être toujours relevée ».

Son père Jean-Marie a confié au JDD dimanche penser que l’« image qu’elle projette est plus positive », tout en regrettant qu’elle « ait écarté beaucoup de militants, des amis de Marion » Maréchal, sa nièce, au cœur d’une énième querelle familiale depuis qu’elle a dit récemment « pencher » en faveur de Zemmour.

Dans la salle, Annick, cheffe d’entreprise de 58 ans, dit apprécier Marine Le Pen pour « son attachement à notre identité de Français » et une « image de fermeté » face à un Zemmour « qui n’a pas de sincérité ».

Plus d’une centaine de personnes avaient manifesté plus tôt aux cris « Dehors l’extrême droite, Le Pen, Zemmour & Co » ou encore « R-Haine dehors ».

« Errements de la gauche »

À droite, Valérie Pécresse a souhaité « restaurer l’autorité à l’école » et proposant notamment « la fin du collège unique » ou encore « le développement de l’apprentissage ».

Interrogée par des journalistes sur ses éventuelles inquiétudes de se voir « débrancher » par le PS, lors de la présentation de son comité de soutien national, Anne Hidalgo (3 %) a répondu du tac au tac : « Vous allez vous fatiguer avant moi. Vous me connaissez mal ».

Sa rivale dans le camp social-démocrate, Christiane Taubira, incarne le « wokisme » et « les errements de la gauche », selon l’ancien premier ministre Manuel Valls dans une tribune au JDD. Même s’il lui reconnaît « le courage lors des débats sur le mariage pour tous », il fustige aussi ses « revirements idéologiques », son « ambiguïté vis-à-vis des principes républicains » et une « candidature très égotiste ».

L’ex-garde des Sceaux (4 %) a, elle aussi au JDD, estimé avoir depuis sa victoire à la Primaire populaire un « mandat populaire pour aller au bout et rassembler » à gauche, concédant toutefois que la situation était « difficile, c’est indiscutable ».

Chez Yannick Jadot (8 %), 30 citoyens « sélectionnés par un organisme indépendant » vont former « l’Assemblée des possibles » pour travailler jusqu’au 5 mars sur le volet démocratie du projet que portera le candidat écologiste.

Fabien Roussel (3 %), le candidat communiste, tient, lui, dimanche après-midi, un grand rassemblement à Marseille.

En attendant, la campagne reste toujours suspendue à l’annonce de candidature d’Emmanuel Macron qui est attendue lundi en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine et mardi à Kiev pour échanger avec son homologue ukrainien. De quoi agacer ses opposants qui l’attendent de pied ferme dans la campagne.