(Moscou) Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a annoncé lundi de nouvelles manœuvres conjointes avec la Russie en février, de premiers militaires russes ayant commencé à arriver en Biélorussie sur fond de tensions avec l’OTAN.

Publié le 17 janvier
Agence France-Presse

« Nous avons prévu d’organiser ces exercices en février. Fixez la date exacte et faites-le savoir, que l’on ne nous reproche pas de faire venir des troupes à l’improviste et de quasiment partir en guerre », a déclaré M. Loukachenko lors d’une réunion avec des responsables du ministère de la Défense.

Dans le cadre de la première étape de l’inspection des forces russes et biélorusses en vue de ces manœuvres, des soldats et des équipements militaires russes ont commencé à arriver en Biélorussie, a précisé pour sa part le secrétaire du conseil de sécurité biélorusse, Alexandre Volfovitch, à l’agence de presse publique Belta.  

PHOTO MINISTÈRE DE LA DÉFENSE RUSSE, VIA ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Cette photo diffusée par le service de presse du ministère russe de la Défense montre des chars durant des manœuvres impliquant des forces russes et biélorusses dans la région de Nizhny Novgorod, en Russie, le 29 septembre 2021.

Selon le président biélorusse, ces manœuvres ont été décidées en décembre 2021 avec son homologue russe Vladimir Poutine, mais leur date n’avait pas encore été annoncée. Il n’a pas précisé combien de militaires y participeront.

« Il devrait s’agir d’exercices normaux visant à élaborer un plan précis en cas de confrontation avec les forces venant de l’Ouest », a ajouté M. Loukachenko dans une vidéo diffusée sur une chaîne Telegram liée à la présidence biélorusse.

Ils seront baptisés « Détermination de l’union 2022 », référence à l’alliance russo-biélorusse.

M. Loukachenko a justifié ces exercices par le renforcement du dispositif de l’OTAN en Pologne et dans les pays Baltes, aux frontières de son pays, ainsi que par la situation en Ukraine.

« Varsovie a demandé à l’OTAN de déployer un système de soutien logistique et technique à plusieurs échelons. En tant que militaires, nous nous demandons immédiatement pourquoi. Cela signifie qu’ils se préparent à quelque chose de sérieux, au moins à long terme », a-t-il poursuivi.

Il a également accusé l’Ukraine de « continuer à renforcer ses forces » aux abords de la Biélorussie.

« La situation est telle qu’il y a une escalade du potentiel militaire à la frontière », a encore dit M. Loukachenko, un allié de la Russie qui présente régulièrement son pays comme un rempart du Kremlin face aux Occidentaux.

Les tensions n’ont cessé de croitre ces dernières semaines entre la Russie et les Occidentaux, qui accusent Moscou d’avoir massé des troupes en prévision d’une attaque contre l’Ukraine.

Moscou dément toute velléité belliqueuse et dénonce en retour le renforcement de l’OTAN à ses frontières et le projet d’y intégrer l’Ukraine et la Géorgie, qu’elle considère comme faisant partie de sa sphère d’influence.