(Copenhague) Un ex-ministre danois de la Défense, Claus Hjort Frederiksen, a annoncé vendredi être poursuivi, soupçonné d’avoir divulgué des secrets d’État.

Publié le 14 janvier
Agence France-Presse

Ministre de la Défense de 2016 à 2019, Claus Hjort Frederiksen fait l’objet d’une enquête « pour avoir violé les limites de [sa] liberté d’expression », a-t-il écrit dans un message transmis par son parti, le Parti libéral.  

Il est poursuivi, de manière préliminaire, sous le soupçon d’avoir divulgué ou transmis des « informations sur des négociations, délibérations ou décisions secrètes de l’État dans des domaines dont dépendent la sécurité de l’État ou les droits vis-à-vis des États étrangers, ou qui concernent des intérêts socio-économiques importants à l’étranger », selon le Code pénal danois.

« Je me suis exprimé en tant que député sur une question politique et je n’ai rien d’autre à ajouter pour le moment. Mais je ne pourrais jamais imaginer de faire quoi que ce soit qui puisse nuire au Danemark ou aux intérêts du Danemark », a-t-il ajouté, sans donner davantage de détails sur les raisons de cette accusation.

Il encourt jusqu’à 12 ans d’emprisonnement.

Cette annonce intervient à l’heure où le chef du renseignement militaire danois, Lars Findsen, est emprisonné depuis un mois pour des fuites de documents confidentiels.

Le 9 décembre, les autorités danoises avaient annoncé, sans révéler leur identité, l’arrestation de quatre personnes, membres anciens ou actuels des deux services de renseignement du pays nordique, dont M. Findsen.

Elles sont accusées, entre autres, d’avoir divulgué « sans autorisation des informations hautement confidentielles provenant des services de renseignement ».  

À l’exception de M. Findsen, les trois autres personnes ont été depuis relâchées.

Selon la presse locale, l’affaire porte notamment sur des fuites d’informations classifiées vers des médias danois. Plusieurs journalistes auraient été entendus par les enquêteurs.