(Stockholm) Un policier a été tué par balle dans la soirée de mercredi à Göteborg en Suède, une première depuis 14 ans, ont annoncé les autorités du pays nordique, confronté à un grave problème de fusillades lié à des bandes criminelles.

Agence France-Presse

L’assaillant n’est toujours pas identifié et aucun suspect n’a pour l’heure été arrêté.  

« Nous sommes déterminés à régler cela. Il est trop tôt pour dire si la police était la cible de l’attaque », a déclaré Klas Johansson, chef de police de la région Ouest lors d’une conférence de presse.  

L’attaque est survenue alors que plusieurs effectuaient une patrouille à Biskopsgården, une banlieue difficile de Göteborg, lorsque l’un d’entre eux a été touché par une balle, selon les premiers éléments de l’enquête.  

Le policier d’une trentaine d’années, depuis peu en fonction, est ensuite décédé des suites de ses blessures à l’hôpital, a précisé la police.    

La dernière fois qu’un policier en service a été tué à la suite de violences remontait à 2007 dans la ville de Nyköping, lorsqu’un condamné pour meurtre allait être transféré vers une clinique psychiatrique, selon la radio publique suédoise.

La Suède tente depuis plusieurs années de contrer l’essor de bandes criminelles, qui s’est notamment traduit par un nombre élevé de fusillades mortelles et de règlements de compte dans un pays d’ordinaire plutôt paisible.  

En 2020, plus de 360 incidents impliquant des armes à feu ont été recensés en Suède, 47 morts et 117 blessés, un niveau record selon la police. Selon le Conseil suédois pour la prévention des crimes, le nombre de victimes a plus que doublé en une décennie, représentant désormais près de 40 % des morts violentes en Suède.