(Londres) La justice britannique a déclaré jeudi illégales les conditions d’accueil de demandeurs d’asile dans un ancien camp militaire du sud-est de l’Angleterre.

Agence France-Presse

Six d’entre eux avaient engagé une action devant la Haute Cour de Londres contre le ministère de l’Intérieur, qui avait décidé en septembre dernier de loger des demandeurs d’asile dans d’anciens baraquements de l’armée, au camp militaire Napier, à Folkestone, dans le Kent.

Leurs avocats avaient dénoncé des conditions d’accueil « sordides » et fait valoir que presque 200 personnes y ont été atteintes par le coronavirus.

Les six requérants, présentés comme ayant survécu à « la torture et/ou au trafic d’être humains », avaient dénoncé une atteinte à leurs droits humains et affirmé que leur traitement pouvait s’apparenter à une détention déguisée.

Après deux jours d’audience en avril, le juge Thomas Linden leur a donné gain de cause, qualifiant d’« irrationnelles » les assertions du ministère de l’Intérieur selon lesquelles le site serait adapté.

Il a en revanche refusé de considérer que les baraquements ne devraient pas être utilisés pour abriter des demandeurs d’asile et limité la portée de son jugement aux seuls requérants.

Néanmoins, s’ils continuent à être utilisés, « il faudra clairement des améliorations importantes », a précisé le magistrat dans son jugement.

Le ministère de l’Intérieur va « examiner avec attention le jugement et les prochaines étapes » qu’il envisage, mais entend continuer à utiliser les lieux, a déclaré un porte-parole. Le site avait été réquisitionné « dans des délais extrêmement courts », alors que la pandémie a frappé le Royaume-Uni, « pour s’assurer que les demandeurs d’asile ne soient pas laissés sans ressources ».

« Il est décevant que ce jugement ait été rendu en se fondant sur les installations telles qu’elles étaient avant les améliorations significatives qui ont été mises en œuvre dans des circonstances difficiles ».

Les six demandeurs et le ministère doivent à présent tenter de s’accorder sur les réparations financières.

Cette décision a été rendue alors que le nombre de migrants traversant la Manche pour rejoindre le Royaume-Uni est en augmentation. Leur nombre a presque doublé sur les premiers mois de l’année, avec plus de 3100 migrants parvenant à effectuer la traversée de 34 kilomètres depuis janvier.

Le gouvernement conservateur a lancé récemment un projet de durcissement de son système d’asile, expliquant que l’actuel se trouvait « débordé ».

Présenté par la ministre de l’Intérieur Priti Patel comme « juste mais ferme », il vise à décourager l’immigration illégale et prévoit de traiter différemment les demandeurs d’asile selon qu’ils soient arrivés dans le pays légalement ou illégalement.

Avec Associated Press