(Washington) Les États-Unis ont instauré mercredi des sanctions contre la police de la Biélorussie, notamment envers l’un de ses hauts responsables, actif dans la répression des manifestations contre la réélection du président Alexandre Loukachenko.

Agence France-Presse

Le vice-ministre de l’Intérieur Guennadi Kazakevitch, est sanctionné pour sa responsabilité ou sa participation à « des actions ou des politiques qui sapent les processus et institutions démocratiques en Biélorussie », indique dans un communiqué le ministère américain du Trésor.

La police antiémeute de Minsk (Minsk OMON), la direction du ministère de l’Intérieur pour la capitale biélorusse (Minsk GUVD) ainsi qu’une unité d’élite des services de renseignements (KGB Alpha) sont sanctionnés « pour leur participation à la répression violente post-élection des manifestants pacifiques à Minsk », ajoute le ministère.

Washington a également sanctionné la Commission électorale biélorusse pour avoir cautionné une élection présidentielle « frauduleuse ». Le Trésor évoque « une myriade d’irrégularités qui l’a rendue ni libre ni équitable en éliminant des candidats d’opposition, en refusant l’accès aux observateurs électoraux et en certifiant des décomptes de vote inexacts ».

« Le peuple biélorusse tente continuellement d’exercer pacifiquement ses droits démocratiques fondamentaux et l’État répond de manière répétée par des répressions violentes », a expliqué le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

De son côté, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé des restrictions de visa contre 39 ressortissants biélorusses accusés de « saper la démocratie » dans ce pays.

Le pouvoir biélorusse est confronté à des manifestations de masse dénonçant les résultats de la présidentielle du 9 août, largement remportée par M. Loukachenko, 66 ans, dont 26 à la tête de cette ex-république soviétique nichée entre la Russie et l’Union européenne.

Depuis le début de la contestation, des centaines de manifestants, opposants et journalistes ont été arrêtés.

En octobre, le ministère de l’Intérieur avait menacé de recourir aux tirs à balles réelles contre les manifestants.

Alexandre Loukachenko, un allié de Vladimir Poutine, est sur la liste des sanctions américaines depuis 2006, pour la répression de précédentes elections contestées.

Les sanctions impliquent le gel des avoirs aux États-Unis des individus et entités visés, et l’interdiction des transactions avec eux au sein du système bancaire américain, dans le but de les priver de l’accès au système financier mondial.