(Paris) Le président de la République Emmanuel Macron a appelé lundi à « redoubler de vigilance » après une « mutation problématique » du coronavirus qui a justifié la suspension pour 48 heures de toutes les arrivées en provenance du sol britannique.

Agence France-Presse

Cette « mutation problématique du virus, avec une forme beaucoup plus agressive » montre « la complexité de ce virus, son agressivité oserais-je dire, son inventivité et l’humilité qu’il nous faut toujours avoir », a commenté le chef de l’État, à l’isolement après avoir été lui-même testé positif à la COVID-19, lors d’un conseil des ministres où il était en visioconférence et dont des images ont été exceptionnellement diffusées.

« En tout cas, c’est une situation exceptionnelle qui nous a amenés à prendre cette décision rapide et qui doit nous amener à redoubler de vigilance sur l’évolution » du virus, a ajouté depuis la résidence officielle de La Lanterne le président de la République, vêtu de noir et portant un masque, le jour de ses 43 ans.

Le chef de l’État a évoqué de « demander vraisemblablement que des tests PCR soient présentés comme étant négatifs à l’arrivée du territoire ».

« Il faut bâtir une solution pour nos ressortissants qui souhaiteraient rejoindre le territoire national sur cette période de fêtes, en leur recommandant, dès hier soir, d’aller justement de faire des tests PCR pour pouvoir se déplacer », a-t-il ajouté.

Cette suspension a été annoncée dimanche à l’issue d’un Conseil de défense sanitaire extraordinaire et intervient dans la foulée de mesures similaires prises par la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne, le Luxembourg ou l’Irlande, alors qu’une variante du virus Sars-CoV-2 a été détectée outre-Manche.

À propos de la situation sanitaire, « nous avons pu mesurer l’efficacité de la politique de couvre-feu et de confinement adapté que nous avons menée depuis la fin du mois d’octobre », mais « on a pu voir aussi l’impact de cette réouverture, même très progressive et très précautionneuse que nous avons pu faire », a déploré le chef de l’État.

Le « plateau est malheureusement encore trop haut avant des rassemblements familiaux, amicaux des prochains jours et donc il nous faut marteler cette vigilance », a-t-il ajouté.  

« Les prochains jours seront aussi marqués par le déploiement de notre stratégie vaccinale, en tout cas ses débuts, il y aura donc une date européenne coordonnée qui sera juste après Noël, donc en toute fin de semaine » a aussi souligné le chef de l’État.