(Londres) Plus de 46 000 personnes étaient décédées au Royaume-Uni à la mi-mai, avec pour cause suspectée ou avérée le nouveau coronavirus, soit bien plus que le bilan des autorité sanitaires, a indiqué mardi le Bureau national des statistiques (ONS).  

Agence France-Presse

Selon l’ONS, 42 173 morts impliquant la COVID-19 se sont produites en Angleterre et au Pays de Galles jusqu’au 15 mai.

En Écosse, 3546 décès liés à la pandémie ont été enregistrés jusqu’au 17 mai, indiquent les derniers chiffres officiels, et en Irlande du Nord, 664 morts liées à cette maladie ont été enregistrés jusqu’au 20 mai.

Cela porte à plus de 46 000 le nombre de morts au Royaume-Uni. Ces chiffres publiés de manière hebdomadaire diffèrent des bilans quotidiens du gouvernement qui se concentre sur les décès de personnes testées positives à la COVID-19. Le dernier bilan du gouvernement, lundi, évoquait lui près de 37 000 victimes de la pandémie.

Depuis le début de la pandémie, le nombre de décès supplémentaires par rapport à la moyenne des années précédentes au Royaume-Uni atteint près de 60 000.

Les décès liés à la maladie diminuent toutefois, avec 3810 morts liées au nouveau coronavirus enregistrées en Angleterre et au Pays de Galles la semaine se terminant le 15 mai, soit le plus faible bilan hebdomadaire de ces six dernières semaines.

Pour lutter contre la propagation de la pandémie, le gouvernement a décrété fin mars le confinement. Certaines classes de maternelle et de primaire vont rouvrir début juin, et la réouverture de commerces non alimentaires est prévue mi-juin.