(Oslo) La Norvège, où l’épidémie de nouveau coronavirus est en recul, a rouvert les écoles pour les plus petits lundi, nouvelle étape d’une normalisation très lente et progressive qui inquiète certains parents.  

Agence France-Presse

Une semaine après les « barnehager », qui font office de crèches et de maternelles dans le pays nordique, c’était au tour de quelque 250 000 enfants de six à dix ans de retrouver les bancs de l’école, dans des classes réduites à 15 élèves au maximum, après six semaines de « télé-enseignement ».

À l’école Levre de Baerum, dans la banlieue résidentielle d’Oslo, les enfants ont fait leur rentrée sous la pluie. Devant les bâtiments, des fleurs peintes au sol marquaient la distance d’un mètre à respecter, autant de petits signes multicolores montrant que la menace est toujours là.

Tilde, 7 ans, brûlait d’impatience de revoir ses camarades et professeurs, qu’elle devait retrouver à 9 h.

« Elle était prête à 6 h ce matin, avec trois heures d’avance. Elle avait tellement hâte. Pas besoin d’alarme pour cela », a témoigné sa mère, Karine Rabbe.

Accrochés aux portes d’entrée, des panneaux manuscrits souhaitaient la bienvenue aux écoliers. « Sympa de vous revoir », proclamaient-ils. Sur un dessin enfantin représentant un arc-en-ciel, l’inscription « Alt blir bra ! » en majuscules : « tout ira bien ! » en norvégien.

Mais toutes les craintes ne sont pas levées.

Sur Facebook, une page intitulée « Mon enfant ne doit pas être un lapin de laboratoire pour la COVID-19 » compte près de 30 000 membres.

« S’il ne tenait qu’à moi, j’aurais probablement attendu quelques semaines parce que je ne pense pas que nous avons toutes les infos nécessaires aujourd’hui », confiait elle-même Karine Rabbe.

La directrice de l’école, Kathrine Wilsher Lohre, se voulait, elle, rassurante.

« Il y a de l’angoisse partout dans la société. C’est pourquoi il est très important d’informer », a-t-elle expliqué à l’AFP. « Etant donné les circonstances, on est ici autant en sécurité qu’on peut l’être ».

Parmi les pays européens ayant fermé leurs établissements scolaires à cause du coronavirus, le Danemark avait été le premier à rouvrir certaines écoles le 15 avril. L’Allemagne devrait faire de même le 4 mai, et la France et la Suisse une semaine plus tard.

En Norvège, où la plupart des restrictions avaient été annoncées le 12 mars, coiffeurs et dermatologues sont aussi désormais autorisés à reprendre leurs activités. Le ministre de la Santé, Bent Høie, a été l’un des premiers à se faire rafraîchir la coupe.

Mais de nombreuses mesures, telles que l’interdiction des rassemblements sportifs et culturels, restent en place, de même que les consignes de distanciation sociale et de gestes barrières.

Un plan pour la réouverture de toutes les écoles sera présenté la semaine prochaine. « Il reste à peine 40 jours d’école avant les vacances d’été », a remarqué la ministre de l’Éducation, Guri Melby. « Notre objectif, c’est que tout le monde soit de retour (à l’école) avant ça ».

Lundi, 7533 cas de nouveau coronavirus et 193 décès au total liés à la maladie avaient officiellement été recensés dans le pays de 5,4 millions d’habitants, où la courbe des personnes hospitalisées a nettement fléchi depuis quelques semaines.