(Paris) Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à « mener à bien la réforme des retraites » lors de ses vœux aux Français mardi, tout en pressant le gouvernement de « trouver un compromis rapide », alors que la grève entre mercredi dans son 28e jour.

Laurence BENHAMOU
Agence France-Presse

« Je mesure combien les décisions prises peuvent heurter et susciter des craintes et des oppositions », a reconnu le président, sur un ton sobre.  

« Faut-il pour autant renoncer à changer notre pays, notre quotidien ? Non. Car ce serait abandonner ceux que le système a déjà abandonnés, ce serait trahir nos enfants, leurs enfants après eux, qui alors, auraient à payer le prix de nos renoncements. C’est pour cela que la réforme des retraites sera menée à son terme », a-t-il ajouté.

Le chef de l’État n’a pas mentionné l’âge pivot dont la Confédération française démocratique du travail (CFDT), pourtant favorable au nouveau système à points, a fait une « ligne rouge », malgré l’appel d’une quinzaine de députés de la majorité dans une tribune de presse mardi.  

Il a en revanche conforté une ouverture sur un autre sujet défendu par la CFDT : la question de la pénibilité, promettant de prendre « en compte les tâches difficiles pour permettre à ceux qui les exercent de partir plus tôt sans que cela soit lié à un statut ou à une entreprise ».  

Est-ce suffisant pour obtenir la levée de la grève ? « Avec les organisations syndicales qui le veulent, j’attends du gouvernement d’Edouard Philippe qu’il trouve la voie d’un compromis rapide », a tranché Emmanuel Macron.

PHOTO MICHEL EULER, AP

À la veille du Nouvel An, le conflit semble toujours sans issue, alors que la concertation entre Édouard Philippe et les syndicats doit reprendre le 7 janvier.

« Je n’ai pas l’impression qu’il y ait beaucoup d’espace à la négociation », a réagi immédiatement sur le plateau de BFMTV le numéro 1 de Force ouvrière, Yves Veyrier, à l’initiative du mouvement de grève avec la CGT, Solidaires et la FSU depuis le 5 décembre.

« Ces formules d’apparence très généreuse sont celles qu’on nous rabâche depuis deux ans et demi », a-t-il poursuivi, estimant qu’« elles n’ont pas réussi à convaincre ni à remporter l’adhésion ».

« Tout va très bien, Madame la marquise » ironise la fédération FO des cheminots. « Une petite minute sur les retraites et c’est tout : qui pourrait dire qu’il se passe quelque chose dans le pays… » poursuit la fédération, appelant à « plus que jamais, tous ensemble public/privé, (faire) grève jusqu’au retrait du projet ».  

« Ce ne sont pas des vœux, mais une déclaration de guerre aux millions de Français qui refusent sa réforme. Tout le reste de son discours sonne faux et creux », a twitté Jean-Luc Mélenchon (LFI).

PHOTO MARTIN BUREAU, AFP

Pour Fabien Roussel (PCF), le président a « choisi le bras de fer. C’est donc un appel à la mobilisation totale ! »

À la veille du Nouvel An, le conflit semble toujours sans issue, alors que la concertation entre Édouard Philippe et les syndicats doit reprendre le 7 janvier.

Transports toujours très perturbés

Le trafic restera mercredi perturbé à la SNCF avec un TGV sur trois, quatre TER sur dix, un Transilien sur cinq et un Intercité sur dix. L’amélioration sera perceptible jeudi, et surtout le week-end de retour des vacances, où la SNCF a indiqué qu’elle comptait faire rouler 2 TGV sur 3. L’entreprise a par ailleurs annoncé pour mardi un taux de grévistes de 7,7 % et plus d’un tiers chez les conducteurs.  

PHOTO KAMIL ZIHNIOGLU, AP

Le trafic restera mercredi perturbé à la SNCF avec un TGV sur trois, quatre TER sur dix, un Transilien sur cinq et un Intercité sur dix.

La RATP table sur un trafic toujours « très perturbé » mercredi avec 8 lignes de métro totalement fermées.

Côté raffineries, la Fédération CGT de la Chimie appelle à renforcer le mouvement après les fêtes, avec un blocage de toutes les installations pétrolières — raffineries, terminaux pétroliers, dépôts — pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier, a annoncé à l’AFP Thierry Defresne, délégué syndical central chez Total.

Le mouvement reste soutenu par une majorité de Français (51 %), alors que depuis la présentation du projet de réforme par Jean-Paul Delevoye cet été, les questions se sont multipliées sur une réforme dont l’impact pour chacun est incertain, faute notamment de connaître comment sera fixée la valeur du point qui régentera le futur système.

Autre source d’interrogations : les concessions accordées ces derniers jours à une dizaine de catégories, allant des policiers aux pilotes de ligne en passant par les marins et les danseurs de l’opéra qui conserveront pour longtemps des régimes spéciaux. De quoi faire dire à la droite que la réforme, vidée de son contenu, redevient catégorielle.

La grève dans les transports, qui affecte le quotidien des Français, risque fort de se poursuivre jusqu’à la reprise des négociations. En ce cas, elle atteindra jeudi, avec 29 jours, le record de la plus longue grève à la SNCF depuis 30 ans.