(Kiev) Seul « mon fils » peut me faire céder : le président et ex-comédien ukrainien Volodymyr Zelensky a réagi avec humour aux accusations visant son homologue américain Donald Trump, soupçonné d’avoir voulu se servir de Kiev pour écarter son potentiel rival démocrate.

Agence France-Presse

« Personne ne peut faire pression sur moi, car je suis président d’un pays indépendant », a déclaré M. Zelensky à une chaîne de télévision russe, qui a publié mercredi la vidéo de cet entretien réalisé à New York.

« La seule personne qui peut faire pression sur moi, c’est mon fils de six ans », a ajouté M. Zelensky, qui doit rencontrer le président Trump pour la première fois plus tard dans la journée, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

Les démocrates américains ont lancé mardi une procédure de destitution contre M. Trump, soupçonné d’avoir demandé à M. Zelensky d’enquêter sur son potentiel rival démocrate à la présidentielle 2020, Joe Biden.  

Donald Trump est accusé d’avoir fait pression sur le président ukrainien lors d’une conversation téléphonique en juillet pour obtenir une enquête à Kiev sur une éventuelle corruption impliquant Hunter Biden, un des fils de Joe Biden, qui a travaillé pour un groupe gazier ukrainien appartenant à un oligarque prorusse à la réputation sulfureuse.  

Si M. Trump a finalement confirmé que la conversation avait porté sur une accusation de « corruption » visant les Biden, il a nié toute « pression » sur son homologue ukrainien et autorisé la publication de la retranscription de cet entretien.