(Budapest) Le commandant du bateau de croisière impliqué dans une collision mortelle avec une embarcation transportant des touristes sud-coréens mercredi soir sur le Danube, a été inculpé samedi par la justice hongroise, a indiqué à l’AFP une source judiciaire.

Agence France-Presse

Selon un porte-parole du parquet de Budapest, le capitaine, un Ukrainien de 64 ans, a été présenté samedi au tribunal à l’issue de sa garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte pour « négligence criminelle sur une voie navigable publique ».  

Le navire de croisière qu’il pilotait avait percuté l’embarcation plus petite dans laquelle se trouvaient 33 passagers sud-coréens et deux membres hongrois d’équipage, faisant sept morts et 21 disparus.

Son avocat, Balazs Toth, a précisé à la presse à la sortie du tribunal que son client restait en prison dans l’immédiat, le parquet ayant fait appel d’une décision de libération sous caution.

PHOTO ATTILA KISBENEDEK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les avocats de la défense Gabor Elo (à gauche) et Balazs M Toth (R) se sont adressés à la presse à leur sortie du tribunal.

Il l’avait présenté vendredi comme un professionnel aguerri qui avait observé « toutes les règles » et était « dévasté » par le drame.

Les enquêteurs cherchent à comprendre les circonstances dans lesquelles le navire de croisière de 135 mètres, baptisé le Sigyn, a percuté l’embarcation de 26 mètres qui effectuait une sortie de routine sur le Danube, au cœur de Budapest. Le bateau a chaviré et coulé en quelques secondes mercredi soir.

La recherche des disparus, pour laquelle d’importants moyens ont été déployés, est contrariée et rendue très dangereuse par le fort débit du fleuve gonflé par les pluies, qui complique l’accès à l’épave.

PHOTO FERENC ISZA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Des touristes ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes.

Le renflouage du navire, où pourraient se trouver les victimes manquantes, relèvera d’une « longue mission », avait prévenu vendredi le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, les experts estimant à plusieurs jours le délai nécessaire pour intervenir sur l’épave.

Selon les médias hongrois, aucune plongée n’a pu avoir lieu samedi, les sauveteurs examinant les moyens de contenir le courant autour de l’épave. Celle-ci est immergée près du pont Marguerite de la capitale, sur lequel une rangée de drapeaux noirs a été déployée en signe de deuil, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les recherches se poursuivent aussi à l’aval du fleuve, jusqu’en Serbie et Roumanie. Trois des sept cadavres ont été repêchés à plusieurs kilomètres au sud de Budapest.