Un chiffre record de 303 filières d'immigration clandestine ont été démantelées en 2017 en France, soit une hausse de 5,9 % par rapport à 2016, a-t-on appris de source policière lundi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

En six ans, de 2011 à 2017, le nombre de filières démantelées a grimpé d'environ 67 %, alors que l'immigration clandestine est un sujet particulièrement sensible en France.

Le gouvernement d'Emmanuel Macron a fait du sujet une de ses priorités et affirme vouloir changer les choses en profondeurs après des années de politique infructueuse pour réguler les flux migratoires.

Ces filières clandestines exploitent plusieurs aspects de l'immigration. Ainsi, 139 filières démantelées en 2017 aidaient l'entrée et au séjour irréguliers contre 118 en 2016. Viennent ensuite les filières de travail illégal (62), d'usage de faux (35), d'obtention indue de documents administratifs (32), de reconnaissance indue d'enfants (21), d'usurpation d'identité (12) et d'organisation de mariage de complaisance (2).

Les principales filières d'immigration clandestine sont issues d'Irak et de République démocratique du Congo, suivies par la Chine, le Maroc et l'Albanie, a détaillé la source citant un bilan de la Police aux Frontières (PAF).

Un total de 2098 personnes ont été mises en cause dans ces affaires, 1627 ont été placées en garde à vue et 940 ont présentées à la justice.

Le ministre de l'Intérieur doit prochainement dévoiler un projet de loi « asile et immigration » devant permettre « davantage de latitude d'action » aux forces de l'ordre. De leur côté, les diverses organisations favorables aux migrants dénoncent un projet qui aboutira à un durcissement des règles.