Plus de 3000 soldats, dont des Australiens et Néo-Zélandais, ont descendu jeudi les Champs-Élysées lors du traditionnel défilé de la Fête nationale, qui s'est déroulé cette année sous haute surveillance en raison de la menace terroriste.

Mis à jour le 14 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Avions de chasse Rafale, légionnaires, spécialistes du renseignement ou fusiliers marins... tous ces soldats sont engagés en opérations extérieures ou sur le territoire français, dans une mobilisation sans précédent depuis la guerre d'Algérie (30 000 hommes).

Clou du « spectacle », six guerriers maoris de Nouvelle-Zélande ont foulé la célèbre avenue parisienne en tenue traditionnelle, torse et pieds nus malgré des températures plus que fraîches, brandissant des lances, le visage grimé.

Les Australiens et Néo-Zélandais étaient à l'honneur cette année, en hommage à leur participation à la bataille de la Somme en 1916, l'une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale.

Le président François Hollande a assisté au défilé, au côté du premier ministre néo-zélandais, John Key, et du secrétaire d'État américain, John Kerry.

photo François Mori, AP

Le président François Hollande a passé ses troupes en revue à son arrivée sur les Champs-Élysées

PHOTO DOMINIQUE FAGET, AFP

Des avions de chasse Rafale laissant dans leurs sillages un nuage de fumée tricolore ont survolé Paris. 

Au total 55 avions, 20 hélicoptères et 212 véhicules et blindés ont survolé ou descendu les Champs.

M. Hollande a annoncé mercredi un renforcement du soutien militaire français aux Irakiens en vue de la reprise de la ville de Mossoul, fief du groupe État islamique en Irak. La France va en revanche mettre fin en octobre à son opération Sangaris en Centrafrique, tout en y maintenant 350 hommes.

Le porte-avions Charles de Gaulle sera engagé une dernière fois à l'automne dans les opérations aériennes de la coalition internationale combattant l'EI, avant un arrêt technique majeur de 18 mois en 2017-18.

Un public très familial, et des touristes des quatre coins du monde, beaucoup brandissant des drapeaux tricolores, se sont pressés sur les Champs pour ce défilé haut en panache qui célèbre chaque année les armées françaises.

Photo François Mori, AP

Un public très familial, et des touristes des quatre coins du monde, beaucoup brandissant des drapeaux tricolores, se sont pressés sur les Champs pour ce défilé haut en panache qui célèbre chaque année les armées françaises.

photo Charles Platiau, REUTERS

Des cadets de l'école militaire spéciale de Saint-Cyr ont participé au défilé. 

Quelques mois après les attentats de Paris et Bruxelles, plus de 11 500 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour sécuriser les festivités.

Des points de fouilles avaient été installés aux abords des Champs-Élysées et les poubelles étaient remplies de bouteilles d'eau et parapluies interdits.

photo françois mori, AP

Des membres des Légions étrangères ont marché sur les Champs, hache à la main. 

photo DOMINIQUE FAGET, AFP

Des élèves de l'École de l'air, qui forme les officiers de l'Armée de l'air française, étaient aussi de la partie.