Le pape Benoît XVI a rencontré dimanche à Malte un groupe d'hommes victimes d'abus sexuels de la part de prêtres, assurant que l'Eglise ferait à l'avenir tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les enfants, a annoncé le Vatican.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon certains des participants, le pape a eu les yeux pleins de larmes lors de cette rencontre, la première avec des victimes de ces abus.

Le groupe, huit hommes, âgés d'une trentaine ou d'une quarantaine d'années, a rencontré le pape dans la chapelle de l'ambassade vaticane. «Tout le monde pleurait», a raconté l'un d'eux, Joseph Magro, 38 ans. «Je lui ai dit mon nom, et il avait les larmes aux yeux».

Le souverain pontife a fait part aux victimes et à leurs familles de sa «honte» et de sa «tristesse» lors de la rencontre à l'ambassade du Vatican à Malte, précise le Saint-Siège dans un communiqué.

«Il a prié avec eux et leur a assuré que l'Eglise fait, et continuera de faire tout ce qui est son pouvoir pour enquêter sur les allégations (d'abus sexuels), faire traduire en justice ceux qui sont responsables d'abus et mettre en oeuvre des mesures efficaces destinées à protéger les jeunes gens à l'avenir», selon ce communiqué. Les hommes ont été convoqués dimanche matin, et le pape a passé quelques minutes en privé avec chacun d'entre eux. Selon Joseph Magro, la recontre, qui a en tout duré environ 35 minutes, a été «fantastique».

«Le climat (de cette rencontre) était intense mais très serein», a ajouté le porte-parole du Vatican, Mgr Federico Lombardi.

L'aspect religieux de la visite de Benoît XVI à Malte -il s'agissait de commémorer l'arrivée de Saint Paul dans l'île- a été entièrement éclipsé, tous se demandant surtout si le pape en profiterait pour faire un geste fort face au scandale des abus sexuels qui frappe actuellement l'Eglise.

La rencontre privée avec les victimes, organisée dans le secret, n'a donc été confirmée qu'après avoir eu lieu. Comme ce fut déjà le cas lorsque le pape avait rencontré d'autres victimes en 2008, en Australie et aux Etats-Unis.

Dix Maltais s'étaient faits connaître un peu plus tôt en avril, annonçant qu'ils voulaient rencontrer Benoît XVI pour lui raconter leur histoire et pour réclamer des excuses. Ils disent avoir subi des abus de la part de quatre prêtres dans un orphelinat catholique.

Dimanche matin, lors de la messe, le pape n'a pas fait de référence à ce scandale, appelant les fidèles à garder la foi malgré les tentations de la vie moderne.