(Washington) Le ministère de la Justice américain a présenté vendredi une nouvelle réglementation destinée à lutter contre la prolifération des armes dites « fantômes », qui sont fabriquées de manière artisanale et n’ont pas de numéro de série.

Agence France-Presse

Le président démocrate Joe Biden avait dévoilé le 9 avril un plan pour lutter contre « l’épidémie » de la violence des armes à feu, incluant des mesures contre les armes « fantômes » prisées des criminels, car elles sont faciles à obtenir et difficiles à tracer.

La nouvelle règle prévoit d’abord d’imposer aux fabricants d’inclure un numéro de série sur les carcasses des kits vendus afin d’assembler ce type d’armes.

Les armuriers devront, de leur côté, vérifier les antécédents des acheteurs de ces kits comme ils le font déjà pour les armes à feu, et ajouter un numéro de série aux armes fabriquées avec des imprimantes 3D qui entreront dans leur inventaire.

« La règle proposée gardera les armes à l’écart des mauvaises mains et facilitera le traçage des armes utilisées dans des crimes violents », a commenté le ministre de la Justice Merrick Garland cité dans un communiqué.

Selon ses services, plus de 23 000 armes à feu sans numéro de série ont été saisies par les forces de l’ordre sur des scènes de crime entre 2016 et 2020.

La nouvelle règle sera soumise aux commentaires du public pendant 30 jours avant la publication de sa version finale.

Joe Biden, défenseur de longue date d’un meilleur encadrement des armes à feu, a promis pendant sa campagne d’agir sur ce front. Une série de fusillades récentes, dont des tueries en Géorgie puis dans le Colorado, a accentué la pression pour qu’il passe à l’action.

Mais il ne dispose pas d’une majorité suffisamment solide au Congrès pour faire voter des lois d’envergure, les républicains restant farouchement opposés à toute tentative de réguler la vente et le port d’armes.

Les armes à feu ont fait plus de 43 000 morts l’an dernier, y compris les suicides, aux États-Unis, selon le site Gun Violence Archive.