(Miami) Le gouverneur de Floride a levé lundi, avec effet immédiat, toutes les restrictions liées à la COVID-19, arguant de l’efficacité et de la disponibilité des vaccins pour justifier sa décision.

Agence France-Presse

Ron DeSantis a promulgué une loi mettant fin à l’état d’urgence au 1er juillet dans cet État du sud-est des États-Unis, qui imposait des restrictions face à la pandémie de coronavirus, et a ensuite signé un décret avançant l’entrée en vigueur de cette mesure à ce lundi 3 mai.

« C’est ce qu’il faut faire au vu des données » dont on dispose, a-t-il avancé lors d’une conférence de presse à St. Petersburg, près de Tampa, en référence aux nouvelles infections et morts quotidiennes, en baisse tandis que la vaccination se poursuit.

Près de 9 millions de personnes, soit 41,9 % des 21,5 millions d’habitants de cet État américain, ont reçu au moins une dose d’un vaccin anti-COVID-19, selon les autorités de santé américaines.

« Les personnes qui ne sont pas encore vaccinées aujourd’hui ne le sont certainement pas à cause d’un manque de stocks ou d’un manque de disponibilité » des vaccins, a-t-il encore dit.

PHOTO MANDEL NGAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Ron DeSantis

La vaccination a été ouverte vendredi en Floride à toutes les personnes de 16 ans et plus, sans avoir à présenter de justificatif de domiciliation dans cet État, contrairement à ce qui était le cas depuis janvier face à une forte demande.

Cela a permis de vacciner des migrants sans papiers et conduit à ce qui a été baptisé le « tourisme vaccinal ».

Ron DeSantis a également critiqué les strictes restrictions encore en place dans d’autres États américains. Il a suggéré que ceux qui continuent de forcer leurs résidents à respecter de telles mesures indiquent ainsi qu’ils ne « croient pas aux vaccins ».

Les vaccins Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson sont disponibles, dans certains cas sans rendez-vous, dans de nombreux centres de vaccination, pharmacies et supermarchés aux États-Unis.