La vague de pneumonies associées au vapotage continue. Les Centres de contrôle des maladies du gouvernement américain (CDC) viennent d’augmenter le nombre de victimes à 1479, avec 33 morts.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Les CDC émettent à chaque jeudi un nouveau bilan. Plus des trois quarts des victimes ont consommé du THC, l’ingrédient actif du cannabis, avec leur cigarette électronique.

L’implication du THC et de vapoteuses modifiées sur le marché noir pousse plusieurs spécialistes de santé publique à dénoncer la couverture importante de cette vague de pneumonies, qui a depuis la semaine dernière un acronyme spécifique, EVALI (blessures aux poumons associées à la cigarette électronique).

Mais d’autres chercheurs montent au créneau pour signaler que les effets négatifs de la cigarette n’apparaissent qu’après deux ou trois décennies, et qu’il est trop tôt pour affirmer que la cigarette électronique est plus sécuritaire.

Les arômes utilisées dans certains produits sont aussi sur la sellette. Le fabricant de vapoteuses à la mode Juul vient d’annoncer qu’il abandonnait le créneau des produits aromatisés. L’administration Trump a aussi annoncé en septembre qu’elle interdirait ces arômes.