Source ID:; App Source:

Poutine menace l'Europe de fermer «le robinet à gaz»

Le groupe russe Gazprom «va être obligé de... (PHOTO MIKHAIL KLIMENTYEV,  AFP/RIA-NOVOSTI)

Agrandir

Le groupe russe Gazprom «va être obligé de passer au prépaiement des livraisons de gaz, et en cas de non-respect des conditions de paiement de cesser totalement ou partiellement de livrer du gaz», écrit M. Poutine dans une lettre à 18 dirigeants européens rendue publique jeudi par le Kremlin.

PHOTO MIKHAIL KLIMENTYEV, AFP/RIA-NOVOSTI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Fran BLANDY, Dmytro GORCHKOV
Agence France-Presse
Donetsk et Kiev

Vladimir Poutine a mis en demeure jeudi les Européens d'assurer le paiement des milliards de dettes de l'Ukraine ou risquer de voir leurs approvisionnements en gaz menacés, relançant la pire crise Est-Ouest depuis la fin de la guerre froide.

Pendant ce temps, le face-à-face tendu entre séparatistes pro-russes et loyalistes se poursuivait dans l'est de l'Ukraine, malgré une offre d'amnistie du pouvoir pro-européen de Kiev.

Dans une lettre à 18 dirigeants européens, le président russe a affirmé que son pays a «subventionné l'économie de l'Ukraine» à hauteur de plus de 35 milliards de dollars depuis quatre ans et exige que ce soutien se fasse désormais «sur un pied d'égalité».

Alors que Moscou a augmenté de 80% la semaine dernière le prix de ses livraisons à Kiev, au bord de l'asphyxie financière, M. Poutine a prévenu qu'en cas de non-paiement le robinet serait coupé, faisant surgir le spectre des «guerres du gaz» qui avaient réduit les livraisons vers l'ouest du continent en 2006 et 2009.

Menace d'autant plus pesante pour l'UE qu'elle importe le quart de son gaz de Russie, dont près de la moitié transite par l'Ukraine.

Et M. Poutine d'exiger des consultations ministérielles «sans délai (...) pour mettre sur pied des mesures conjointes de stabilisation de l'économie de l'Ukraine et pour assurer les livraisons et le transit du gaz russe dans le strict respect des conditions contractuelles».

Cette initiative du Kremlin intervient alors que le gouvernement ukrainien pro-européen, que Moscou ne reconnaît pas, cherchait à faire retomber la pression en promettant l'amnistie aux pro-russes qui ont pris des bâtiments publics dans l'est russophone du pays. Kiev et Washington accusent les services spéciaux russes d'être derrière les insurgés.

«Si les gens déposent les armes et libèrent les bâtiments (...) nous garantissons qu'il n'y aura aucune poursuite», a lancé le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

«ls veulent nous tuer»

Mais l'appel est resté vain dans l'immédiat et sur le terrain les séparatistes renforçaient leurs barricades autour du bâtiment de l'administration régionale à Donetsk, ville d'un million d'habitants à moins de 50 km de la frontière russe, où ils ont proclamé une «République souveraine».

Sous une pluie fine, on entassait sacs de sable, pneus et pare-chocs automobiles, alors que des femmes âgées distribuaient des tracts affirmant que «les nazis sont au pouvoir à Kiev».

«Nous tiendrons jusqu'au bout, nous nous défendrons,» affirmait un des gardes du bâtiment, portant cagoule, casque et gourdin.

«Tourtchinov n'a aucune légalité. Nous n'avons pas besoin d'une amnistie, nous avons besoin de la liberté. Ils veulent nous tuer», s'emportait Katerina, 40 ans.

À Lougansk, 400 000 habitants, les séparatistes étaient également toujours retranchés dans le bâtiment des services de sécurité (SBU) dont ils ont pillé l'armurerie.

Mais dans les deux villes, aucun mouvement de soutien massif aux insurgés n'était visible, et les pro-russes ne tenaient que les deux bâtiments sous leur contrôle.

Les insurgés réclament l'organisation de référendums sur l'autonomie régionale ou le rattachement pur et simple à la Russie, qui a massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière, faisant craindre une invasion.

Scénario à la Crimée 

Mercredi, M. Poutine, qui a de longue date promis de protéger «à tout prix» les populations russes de l'ex-URSS, avait mis en garde Kiev contre toute action «irréparable».

Les troubles dans l'Est ont fait craindre un scénario «à la Crimée». Cette péninsule ukrainienne de la mer Noire a été rattachée à la Russie en mars après un référendum non reconnu par Kiev et l'Occident, qui dénoncent une «annexion».

Les autorités ukrainiennes accusent Moscou de vouloir «démembrer» leur pays ou au moins torpiller l'élection présidentielle prévue le 25 mai. Les favoris de ce scrutin sont en effet des pro-européens, décidés à arrimer à l'Ouest une Ukraine de 46 millions d'habitants frontaliers de plusieurs pays de l'UE.

Une lueur d'espoir diplomatique avait pourtant suivi avec l'annonce de la tenue de pourparlers à quatre - États-Unis, Russie, Ukraine, Union européenne - la semaine prochaine, à Vienne ou Genève, selon les sources.

La Russie a souhaité que les pro-russes puissent y être représentés et le parti du président déchu Viktor Ianoukovitch, le Parti des régions, a proposé jeudi d'y envoyer son candidat à la présidentielle Mikhaïl Dobkine.

Si Vladimir Poutine a espéré que ces discussions aient une «issue positive», Washington a d'emblée placé la barre assez bas. «Nous n'avons pas d'attentes fortes (...), mais nous pensons qu'il est très important de laisser ouverte cette porte diplomatique», a ainsi déclaré la secrétaire d'État adjointe pour l'Europe, Victoria Nuland.

La Russie a enregistré jeudi une sanction politique symbolique, avec la suspension jusqu'à la fin 2014 des droits de vote de ses 18 membres à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

L'OTAN publie des photos de forces russes massées près de l'Ukraine

L'OTAN a rendu publiques jeudi une quinzaine de photos prises par satellite qui démontrent, selon elle, que la Russie a massé des forces «importantes et prêtes à agir» le long de la frontière avec l'Ukraine.

L'OTAN estime à «entre 35 000 et 40 000» le nombre de soldats russes déployés, dans «plus de cent bases», la plupart temporaires, à l'est de l'Ukraine.

«C'est une force très compétente qui est prête à entrer rapidement en mouvement», a résumé le général de brigade Gary Deakin, directeur du Centre de la gestion de crise (CCOMC) au quartier général de l'OTAN à Mons (Belgique). «C'est préoccupant parce qu'elle représente une menace pour l'Ukraine» même si «nous ne connaissons pas les intentions des Russes», a-t-il ajouté.

A l'appui de ces affirmations, l'OTAN a mis à disposition de la presse des photos prises fin mars et début avril de plusieurs sites où se sont déployées les forces russes depuis le début du mois de mars.

Sur l'une de ces photos, 21 hélicoptères sont parqués sur une aire d'atterrissage «qui n'existait pas auparavant» au milieu de champs près de la ville de Belgorod, à une quarantaine de kilomètres de la frontière. À proximité, une quarantaine de chars et plus de 100 véhicules d'infanterie sont garés en ligne alors qu'«il n'y a aucune trace d'une base permanente», selon un officier supérieur de l'OTAN.

D'autres photos présentées par l'OTAN montrent des «concentrations de forces» sur d'autres sites avec plusieurs centaines de véhicules servant à transporter des soldats, des équipements, du carburant ou des armements.

Certaines prouvent la présence de bases aériennes temporaires proches de la Mer d'Azov, bordée à l'ouest par l'Ukraine et à l'est par la Russie, à proximité de la Crimée. L'une des photos montre des appareils militaires Sukhoï 27/30 et 24 et Mig-31 prêts à décoller le long d'une piste d'un aéroport qui était désaffecté jusqu'à ces dernières semaines. «Il ne leur faudrait que quelques minutes pour atteindre l'Ukraine», selon Gary Deakin.

Le déploiement de telles forces pourrait être justifié dans le cadre d'exercices, mais «nous n'avons pas constaté beaucoup de mouvements», souligne l'officier.

Le fait qu'elles ne soient pas camouflées signifie qu'elles «se tiennent prêtes à intervenir ou qu'il s'agit de les voir», selon lui.

Pour certains experts militaires, la Russie cherche ainsi à intimider le pouvoir ukrainien en agitant la menace d'une intervention.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer