En arabe, le mot salaf signifie «ancêtre» et fait référence aux compagnons du prophète Mahomet. Les salafistes sont des musulmans sunnites qui prônent un retour aux pratiques de l'époque de Mahomet et des deux générations qui ont suivi.

Mis à jour le 4 mai 2013
Agnes Gruda et Michèle Ouimet LA PRESSE

Le prêcheur Mohammed ben Abdelwahhab est considéré comme le fondateur du salafisme contemporain. Sa doctrine, appelée wahhabisme, a cours en Arabie saoudite. Son rayonnement dans d'autres pays musulmans a été favorisé par les mouvements de travailleurs, qui allaient gagner leur vie dans ce pays. Mais aussi par de puissants médias de masse.

Les salafistes prônent la ségrégation des sexes, ils estiment que les femmes doivent porter le niqab et ne doivent pas travailler à l'extérieur de la maison, sauf pour servir d'autres femmes - en soins médicaux, par exemple. Ils sont reconnaissables à leur tunique à mi-mollet et à leur longue barbe.

Les salafistes se divisent en deux branches: les «scientifiques», qui se contentent de prêcher leur vision de l'islam; et les «djihadistes», qui veulent l'implanter, y compris par les armes.

Réprimés par la dictature, les salafistes étaient pratiquement invisibles dans la plupart des pays touchés par les révoltes de 2011. Leur soudaine apparition, de la Tunisie à la Syrie en passant par l'Égypte et la Libye, a causé la surprise.

Officiellement, les salafistes cherchent à établir un califat dans le monde musulman, et rejettent les élections et la démocratie au profit du «gouvernement de Dieu». Mais les salafistes égyptiens ont participé aux élections égyptiennes de l'automne 2011 et y ont remporté 25% des sièges.

Les salafistes en Syrie

Le Front al-Nosra (ou Jabhat al-Nosra), le groupe le plus médiatisé, est formé d'environ 5000 combattants. Leur leader s'appelle Abu Mohammed al-Julani, un Syrien qui entretenait des liens étroits avec al-Zarqawi, chef d'Al-Qaïda en Irak. Le Front al-Nosra est apparu pour la première fois en janvier 2012. Il contrôle en partie les villes de Raqqa et Alep, dans le nord du pays. Il milite pour l'instauration d'un émirat islamique pur et dur régi par la charia. Les Américains ont placé le Front sur leur liste noire des organisations terroristes. Reconnu pour son efficacité au combat, ses meurtres, ses décapitations et ses attentats-suicide.

Ahrar Cham

Organisation salafiste fondée pendant la révolution syrienne. Ce serait le groupe le plus influent après le Front al-Nosra. Il aurait sous ses ordres entre 10 000 et 15 000 hommes. Ahrar Cham a des antennes partout en Syrie. Il exerce une grande influence à Alep et dans la ville «libérée» de Raqqa. Ahrar Cham veut créer un grand État islamique, une sorte de califat qui engloberait la Syrie, la Jordanie, le Liban, la Palestine et l'Irak.

Source: Jean-Pierre Filiu, Le nouveau Moyen-Orient, Fayard, 2013, BBC, Quilliam Foundation.

***

Les forces en présence

Bachar al-Assad

Arrivé au pouvoir en 2000 après la mort de son père, Hafez, qui régnait sur la Syrie depuis 1970 à la suite d'un coup d'État. Il promet des réformes, mais le «printemps de Damas» dure à peine un an. Soutenu par le Hezbollah (Liban), l'Iran, Moscou, la Chine et l'Irak. Assad est alaouite, une minorité religieuse qui forme 10 % de la population. Il règne sur le pays en utilisant son parti unique, le Baas, et ses nombreux services de renseignement, les mukhabarat.

L'opposition

Elle est de plus en plus divisée. Ses principales composantes sont:

Le Conseil national des forces de l'opposition et de la révolution

Cet organisme parapluie, créé en novembre 2012, regroupe la presque totalité des forces de l'opposition. Il exige le départ de Bachar al-Assad et l'établissement d'un gouvernement laïc et démocratique.

Le Conseil national syrien

Créé en septembre 2011. Dominé par les Frères musulmans. De plus en plus miné par les querelles internes. Fait partie du Conseil national des forces de l'opposition et de la révolution.

Le Conseil national de coordination

Ne fait pas partie du Conseil national des forces de l'opposition et de la révolution. Se dit prêt à discuter avec le gouvernement d'Assad. Proche de Moscou.

Armée syrienne libre

Principale force armée qui lutte contre Bachar al-Assad. Composée de citoyens et de soldats qui ont déserté l'armée de Bachar al-Assad. Souhaite l'établissement d'un régime démocratique.

Les salafistes

Ils sont de plus en plus nombreux en Syrie. Parmi les plus puissants: le Front al-Nosra (très proche d'Al-Qaïda) et Ahrar Cham, mais il en existe au moins une dizaine d'autres, comme Altalia, Milit Ibrahim, Ansar al-Islam, al-Tahwid, al-Farouk. Ils partagent la même vision, créer un émirat islamique, et ils poursuivent le même but, abattre Bachar al-Assad. Ils sont surtout syriens, mais des étrangers se sont greffés à eux. Ils viennent de partout: Irak, Jordanie, Tunisie, Libye, Afghanistan, Pakistan.