L'ancien haut responsable international Mohamed ElBaradei arriverait en tête d'une élection présidentielle en Égypte, selon une consultation réalisée sur Facebook par l'armée qui dirige le pays, ont rapporté mercredi les médias gouvernementaux.

Mis à jour le 20 juill. 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'étude, originale mais controversée, a été lancée le mois dernier sur le réseau social, demandant aux internautes de donner leur favori pour la présidence parmi une liste de personnalités.

L'ancien patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix remporte 25% des «votes» des quelque 267 000 participants.

Il est suivi par l'intellectuel islamiste Mohamed Selim al-Awa (17%) et par un opposant à l'ancien président Hosni Moubarak, Ayman Nour (13%).

L'exercice commandité par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a été critiqué pour son manque de représentativité, car limité au monde d'internet auquel la majorité des 85 millions d'Égyptiens a peu ou pas accès. L'armée n'a pas non plus expliqué les raisons d'une telle enquête.

La consultation place aussi en 4e position l'ancien chef des services secrets et furtif vice-président de M. Moubarak dans les derniers jours de son règne, Omar Souleimane, alors que ce dernier a, selon la presse, décliné toute intention d'être candidat.

La liste des candidats proposés comprend aussi Ahmad Chafic, un ancien ministre de l'Aviation qui fut le dernier premier ministre de M. Moubarak.

La date de la prochaine présidentielle n'est pas encore connue. Des législatives sont prévues à l'automne, avec dans la foulée une révision de la Constitution en préalable à un scrutin présidentiel.

La publication des résultats de cette enquête survient dans un contexte de fortes tensions politiques, l'armée étant accusée par une partie de la population de vouloir accaparer le pouvoir et de perpétuer les pratiques répressives du régime déchu.