L'Autriche veut renforcer les contrôles à ses frontières, notamment avec la Slovaquie, après une hausse depuis le début de l'année 2017 du nombre de migrants tentant d'entrer dans le pays, a déclaré le ministre autrichien de la Défense Hans-Peter Doskozil.

Publié le 18 janv. 2017
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je note une tendance chez les clandestins à utiliser la Slovaquie» comme pays de passage, a souligné le ministre cité par le quotidien Kurier dans son édition en ligne.

Il a précisé que 299 migrants avaient été interceptés depuis le début de l'année dans l'État de Basse Autriche frontalier de la Slovaquie et de la République tchèque.

En revanche, 174 migrants ont été interceptés dans le Burgenland, dont la frontière avec la Hongrie a été jusqu'à présent la zone où se concentraient les contrôles.

De nombreux migrants entrant en Autriche en provenance de Slovaquie voyagent en train, a relevé M. Doskozil, estimant qu'il faut plus de contrôles à bord des trains. Une centaine de soldats pourraient être mis à disposition pour y  participer, a-t-il souligné.

Dans l'ouest du pays, 292 personnes ont été interceptées depuis le début de l'année dans le Tyrol après être passées par l'Italie, mais la plupart ont été renvoyées de l'autre côté de la frontière.

«Il n'y a que 25 demandes d'asile au Tyrol. Le renvoi (des migrants) fonctionne», a ajouté le ministre soulignant que l'Autriche devait rester vigilante quant à la situation au col de Brenner.

M. Doskozil et le ministre de l'Intérieur Wolfgang Sobotka présenteront dans dix jours une série de mesures pour renforcer les contrôles, a indiqué le quotidien.

L'Autriche accueillera le 8 février une réunion des ministres de l'Intérieur et de la Défense des pays d'Europe centrale.

En 2015, un nombre record de 90 000 demandes d'asile a été enregistré en Autriche, lorsque des centaines de milliers de migrants, dont beaucoup fuyant la guerre en Syrie, ont traversé les Balkans en direction notamment de l'Allemagne.

L'Autriche a établi des contrôles aux frontières, et érigé des barrières pour endiguer cet afflux. En 2016, les demandes d'asile ont baissé de moitié à 42 000.