La police philippine a fait usage de canons à eau jeudi à Manille pour disperser des centaines de manifestants protestant contre un sommet régional de 21 nations de l'Asie-Pacifique, auquel participe notamment le président américain Barack Obama.

Publié le 18 nov. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Des manifestants, le poing fermé levé en l'air, ont scandé «Junk APEC», en référence au Forum annuel de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec) qui doit s'achever jeudi en fin de journée.

Des policiers équipés de matraques en bois et boucliers ont utilisé des canons à eau quand les manifestants ont essayé de faire tomber des barricades empêchant toute personne d'accéder au bâtiment où se déroule le sommet, à environ un kilomètre de distance.

Les incidents se sont produits au moment où le président philippin, Benigno Aquino, accueillait M. Obama, son homologue chinois Xi Jinping et d'autres dirigeants, au début de la deuxième et dernière journée du sommet.

«Aquino devrait protéger sa population, la mondialisation a entraîné une baisse des prix de nos biens. Nous rentrons à peine dans nos frais», a déclaré à l'AFP l'un des manifestants, Nida Floresca, un cultivateur de riz âgé de 47 ans.

«Nous n'avons même pas de quoi irriguer nos cultures. Aquino devrait penser d'abord à nous», a-t-il ajouté.

Un policier présent a estimé le nombre de manifestants à environ 2000. Aucune estimation officielle n'a été annoncée. Il n'y a eu dans l'immédiat aucune information sur d'éventuelles interpellations.

Plus de 20 000 policiers et soldats sont mobilisés pour la tenue de ce sommet sous très haute sécurité après les attentats de Paris le 13 novembre, qui ont fait 129 morts et 352 blessés, et ont été revendiqués par le groupe djihadiste État islamique.