Le Japon, toujours sous le choc de l'assassinat de deux de ses ressortissants par le groupe État islamique (EI), va fournir une aide de 15 millions de dollars pour combattre le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique, a rapporté la presse dimanche.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec ce geste, Tokyo souhaite faire la démonstration qu'il ne cède pas au terrorisme, a expliqué le Sankei Shimbun. Cette aide doit être annoncée lors d'une conférence sur le contre-terrorisme qui s'ouvre mercredi à Washington, ajoute le quotidien.

Cette aide sera distribuée par l'intermédiaire d'organisations internationales actives dans les régions touchées, y compris des pays frontaliers de la Syrie et l'Irak, dont de larges pans de territoire sont sous le contrôle de l'EI.

Le Japon avait annoncé le 17 janvier une aide de 200 millions de dollars aux pays affectés par l'offensive de l'EI.

Le premier ministre Shinzo Abe avait été critiqué pour le calendrier de cette annonce, car l'organisation jihadiste avait réclamé une rançon du même montant pour libérer les deux otages japonais, avant de changer de tactique et d'exiger la libération d'une kamikaze détenue en Jordanie.

L'EI a annoncé en janvier avoir décapité coup sur coup Haruna Yukawa, un homme qui disait vouloir aller aider des Japonais à l'étranger, puis, une semaine plus tard, son compatriote Kenji Goto, journaliste expérimenté parti à sa recherche.