Source ID:; App Source:

Un méga cyclone menace la côte Est de l'Inde

Le cyclone Phailin  est attendu samedi soir dans les États... (PHOTO BISWARANJAN ROUT, AP)

Agrandir

Le cyclone Phailin  est attendu samedi soir dans les États pauvres de l'Odisha (ci-dessus) et de l'Andhra Pradesh et devrait s'accompagner de fortes pluies et des vagues pouvant atteindre 2,50 mètres.

PHOTO BISWARANJAN ROUT, AP

Agence France-Presse
New Delhi

La côte est de l'Inde se prépare à affronter un très puissant cyclone samedi avec la mobilisation de l'armée, les services météo mettant en garde contre de possibles inondations et dégâts matériels importants.

Le cyclone Phailin, accompagné de rafales de vent atteignant 161 mph (près de 260 k/h, équivalent à un ouragan de catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson) selon le Joint Typhoon Warning Center de l'armée américaine, est attendu samedi soir dans les États pauvres de l'Odisha et de l'Andhra Pradesh et devrait s'accompagner de fortes pluies et des vagues pouvant atteindre 2,50 mètres.

Ce cyclone «est très proche d'une tempête super-cyclonique», la catégorie la plus élevée, et gagne en intensité sur le golfe du Bengale, a précisé L.S. Rathore, directeur général des services météorologiques indiens sur une chaine locale de télévision.

ÀBhubaneswar, capitale de l'Odisha, des arbres ont déjà ployé sous la force du vent et des magasins sont déjà à court de nourriture en raison d'achats de précaution, la population gardant en mémoire la tempête dévastatrice de 1999 qui avait tué des milliers de gens.

«Je suis inquiète et tendue.Mon fils doit arriver dimanche, mais je pense qu'il ne pourra pas», dit Manjushree Das à l'AFP.

Le ministre en chef de l'État de l'Odisha, Naveen Patnaik, a demandé dans un courrier l'aide du ministère de la Défense, estimant qu'«en dépit de la préparation du gouvernement de l'État, l'impact d'une très forte tempête cyclonique nécessite le soutien des forces de défense».

L'Armée de l'air, qui avait apporté une assistance aux victimes des graves inondations dans l'Himalaya en juin, a annoncé avoir envoyé deux équipes d'urgence dans la capitale de l'État, Bhubaneswar, et placé ses avions de transport et ses hélicoptères en alerte sur ses bases les plus proches.

L'armée et la marine se préparaient aussi à apporter leur assistance.Très critiquée pour son impréparation lors des inondations de l'Himalaya, l'autorité nationale de gestion des catastrophes a annoncé l'envoi préalable de 42 équipes dans les deux États en danger.

Le cyclone, situé à 500 km environ des côtes, s'est renforcé au cours des derniers jours et se dirigeait vers l'Odisha, État où nombre d'habitants vivent dans des baraquements précaires.

Les autorités ont placé en état d'alerte haute 14 des 30 districts de l'État et les groupements d'assistance locaux ont été priés d'aider à l'évacuation de zones côtières.

Les autorités craignent des vents plus forts que ceux qui avaient touché l'Odisha (appelée l'Orissa avant 2011) en 1999 lors du passage d'un cyclone qui avait fait plus de 800 morts.

«Nous combattons contre la nature.Nous sommes mieux préparés cette fois, nous avons appris beaucoup de 1999», a dit le ministre de la Gestion des catastrophes de l'État de l'Odisha, Surya Narayan Patra, à la chaine NDTV.

«La priorité sera de sauver les vies humaines et d'assurer l'approvisionnement alimentaire et en électricité», a-t-il dit.

De fortes pluies et des vents forts ont déjà commencé à toucher l'Odisha et l'Andra Pradesh vendredi.L'Inde et le Bangladesh sont régulièrement frappés entre avril et novembre par les cyclones qui se développent dans le golfe du Bengale. En janvier, le cyclone Thane avait fait 42 morts dans l'État du Tamil Nadu (sud).




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer