Des milliers de personnes continuaient à fuir lundi face à une nouvelle éruption du volcan Sinabung, sur l'île indonésienne de Sumatra, qui s'est réveillé dimanche après 400 ans de silence, entraînant une perturbation du trafic aérien.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Quelque 3000 nouveaux réfugiés, quittant leurs villages sur les flancs du volcan, ont grossi les rangs des 21 000 villageois déjà évacués vers 16 centres de secours, ont annoncé les services d'urgence.

«Le volcan a connu une nouvelle éruption à 06h30, heure locale (19h30 à Montréal) qui a duré environ 15 minutes. La fumée et les cendres sont montées au moins à 2000 m», a indiqué Agus Budianto, volcanologue.

Cette éruption était plus forte que celle de la veille lorsque l'activité du volcan a repris pour la première fois depuis quatre siècles.

Des images de télévision ont montré une épaisse fumée noire s'élever lundi dans le ciel et de la lave couler du cratère.

Les témoins ont fait état d'une forte odeur de souffre dans l'air et de nombreux habitants ont quitté leur maison avant même d'avoir reçu l'ordre d'évacuer.

Les autorités ont ordonné d'évacuer une «zone de danger» située dans un rayon de 6 km.

Marsita Sembiring, une cultivatrice qui habite Sukanalu, à 4 km du volcan, a quitté précipitamment son village dimanche, en compagnie de ses quatre enfants et de son mari.

La famille a passé la journée de dimanche dans un abri à Kabanjahe, à 20 km de son village mais est rentrée à la maison pour la nuit pour protéger ses biens des pillards.

«Nous sommes rentrés au village car nous avions peur qu'on nous vole. Il a plu la nuit dernière et nous étions sûrs que le volcan se calmerait, nous avons donc décidé de passer la nuit à la maison», a-t-elle témoigné. Mais une nouvelle éruption lundi matin a poussé la famille à partir de nouveau.

«Il y a eu une nouvelle éruption ce matin. Nous avons paniqué en voyant la fumée monter dans le ciel, j'ai peur qu'elle soit toxique», a ajouté Mme Sembirin.

À la suite de l'éruption de dimanche, les cendres se sont dispersées jusqu'à 30 kilomètres du volcan. Parmi les villageois évacués, de nombreux agriculteurs ont raconté que les cendres recouvraient leurs champs de légumes.

Face au danger que constitue la projection de cendres et de fumée, il a été conseillé aux compagnies aériennes de dérouter leurs avions de la zone.

Plusieurs vols intérieurs, en provenance et à destination de la zone, ont été annulés dimanche.

«Le trafic aérien pourrait être affecté, cela dépend de la direction du vent», a déclaré lundi Bambang Ervan, porte-parole du ministère des Transports.

L'alerte rouge a été déclenchée dimanche sur l'île de Sumatra où le volcan Sinabung est entré en éruption pour la première fois depuis 400 ans.

L'éruption du Sinabung, qui culmine à 2460 mètres d'altitude dans le nord de Sumatra, a dégagé un épais nuage de fumée noire et âcre. Aucune victime n'a été signalée, selon les secouristes, mais l'agence Antara, citant la police, a rapporté que deux personnes étaient mortes de crises cardiaques.

Le Sinabung s'ajoute à la liste des 69 volcans actifs que compte l'archipel indonésien.

«Nous espérons que les éruptions ont fait diminuer l'énergie accumulée à l'intérieur mais nous restons en alerte face à des événements imprévisibles», a expliqué M. Budianto.

L'Indonésie est située sur le «cercle de feu» du Pacifique, où l'activité volcanique et sismique est très forte. Au cours du mois d'août, le volcan du mont Karangetang (province de Sulawesi, nord) est entré en éruption, faisant quatre disparus.