Hilary Clinton avait annoncé que cette question sensible n'occulterait pas les grands sujets tels l'économie ou le climat lors de sa première visite en Chine mais les droits de l'Homme l'ont rattrapée malgré elle à Pékin.

Mis à jour le 22 févr. 2009
Dan Martin AGENCE FRANCE-PRESSE

Des dissidents ont indiqué à l'AFP avoir été intimidés et harcelés avant l'arrivée de Mme Clinton, d'autres confinés chez eux de peur qu'ils ne tentent pas de la rencontrer.Autour de l'église où elle a assisté à un service religieux dimanche matin, dans un pays régulièrement accusé par Washington de violer la liberté de culte, des policiers en civil ont embarqué des Chinois dans des voitures sans plaques.

Vendredi soir juste avant son arrivée à Pékin, Mme Clinton avait indiqué vouloir éviter que les droits de l'Homme n'occultent de grandes questions telles les crises économique et climatique. Amnesty International s'était dit «choqué et extrêmement déçu».

Lors de ses entretiens avec le président Hu Jintao et le premier ministre Wen Jiabao samedi, Mme Clinton a mis en sourdine les divergences entre Washington et Pékin sur les droits de l'Homme. A l'issue de sa rencontre avec son homologue Yang Jiechi, le chef de la diplomatie américaine a affirmé simplement avoir eu des «discussions franches» à ce sujet.

Pendant ce temps, des dissidents ont dénoncé des pressions et harcèlements de la police pour les réduire au silence.

«Des policiers en civil m'ont empêché de sortir de chez moi, ils avaient peur que j'essaie de voir Hillary Clinton ou des membres de sa délégation», a déclaré dimanche par téléphone à l'AFP le dissident Jiang Qisheng, ancien du mouvement pro-démocratique de Tiananmen qui a passé plusieurs années en prison.

Samedi, c'est l'épouse du dissident Hu Jia, Prix Sakharov 2008 pour la liberté de pensée du Parlement européen qui purge une peine de trois ans et demi de prison pour tentative de subversion, qui avait indiqué être confinée chez elle.

«Je suis actuellement en résidence surveillée, car Hillary Clinton est arrivée», a indiqué à l'AFP Zeng Jinyan, elle aussi dissidente.

Sur son blog -- censuré en Chine même -- Zeng a expliqué avoir été empêchée par des policiers de sortir de chez elle samedi pour retrouver Gao Yaojie, un militant de la lutte contre le sida qui devait rencontrer dimanche Mme Clinton.

L'organisation Chinese Human Rights Defenders a affirmé avoir relevé plusieurs autres cas d'intimidation de dissidents, dont des signataires de la «Charte 2008», un texte appelant à des réformes démocratiques en Chine.

Des opposants regrettent que la démocrate Clinton ne se soit pas davantage investie dans la défense des droits de l'Homme lors de sa première visite à Pékin en tant que membre de l'administration Obama.

«Les défenseurs des droits de l'Homme et la société civile vont souffrir encore plus si la communauté internationale ne met pas assez de pression sur la Chine», a déclaré dimanche la femme de Hu Jia, Zeng Jinyan.

«Les droits de l'Homme devraient venir en troisième position dans les relations entre deux pays», après «la sécurité et l'économie», estime pour sa part le dissident Gao Hongming, joint par l'AFP.

Gao s'est vu interdire de quitter son domicile depuis vendredi, jour de l'arrrivée de Mme Clinton à Pékin.

Toutefois certains opposants, comme Jiang Qisheng, disent «soupçonner qu'en privé Mme Clinton a été plus ferme» avec les dirigeants chinois sur les droits de l'Homme.

«En public, elle est naturellement obligée de peser ses mots pour que les autorités chinoises ne perdent pas la face», dit-il.