Plus de 131personnes sont mortes, des centaines d'autres ont été blessées et des localités entières ont été rayées de la carte en quelques heures dans les incendies les plus meurtriers de l'histoire de l'Australie. Le bilan risque de s'alourdir.

Philippe Orfali LA PRESSE

Plus de 750 maisons ont été détruites et au moins 80 personnes ont été hospitalisées pour brûlures.

Selon les autorités, des pyromanes seraient à l'origine de certains des feux de broussailles; deux personnes ont été inculpées d'incendie volontaire.

 

«L'enfer dans toute sa fureur s'est abattu sur la population de l'État de Victoria dans les dernières heures. Il s'agit d'une atroce tragédie. Beaucoup sont morts, beaucoup ont été blessés», a déclaré hier le premier ministre de l'Australie, Kevin Rudd, au moment où il annonçait la création d'un fonds d'urgence pour la reconstruction et le déploiement des Forces de défense australiennes dans l'État.

Les incendies qui ravagent Victoria ont culminé hier, alors que l'Australie connaît depuis plus de deux semaines une vague de chaleur sans précédent. Melbourne, la capitale de l'État et la deuxième ville du pays, a enregistré samedi un nouveau record de chaleur pour un mois de février, avec 46,4°C en après-midi. La température devrait descendre sous les 25° aujourd'hui, ce qui donnera un peu de répit aux 3000 pompiers déployés sur le terrain. Mais les vents violents qui durent depuis vendredi compliquent leur travail.

Dans un discours, hier, le premier ministre de l'État de Victoria, John Brumby, a promis que son gouvernement travaillerait sans relâche à la reconstruction de l'État. «De nombreuses vies ont été perdues, et il y en aura plus. Des centaines de Victoriens ont perdu leur maison. C'est l'enfer sur Terre.»

Partout dans l'État, les terres sont desséchées par la canicule et une épaisse fumée orangée assombrit le ciel, a constaté La Presse. Une seule étincelle peut semer la catastrophe. Dans la petite ville tranquille de Bendigo, un mégot de cigarette lancé d'une voiture serait à l'origine d'un brasier qui a fait deux victimes, rasé 45 maisons et dévasté 500 hectares de terre.

Au moins deux Canadiennes se trouvent dans l'une des régions touchées par le sinistre. Josée Labrecque et Audrée Paquette, de Montréal, travaillent actuellement dans un vignoble de la vallée du Yarra. «C'est infernal. C'est la pire chose que j'aie jamais vécue», a déclaré samedi Audrée Paquette. Il a été impossible de les joindre hier, car les réseaux téléphoniques et électriques sont défectueux dans une grande partie de l'État.

Pyromanes?

Les autorités australiennes croient que certains des incendies les plus violents ont été allumés de façon délibérée. «Comment peut-on décrire des êtres de la sorte? Ces gens sont des tueurs en série», a dit le premier ministre Rudd, en entrevue à la chaîne australienne ABC. Les autorités ont promis de punir sévèrement les pyromanes, qui pourront être poursuivis pour meurtre. Un homme de 31 ans et un adolescent de 15 ans, accusés d'avoir volontairement déclenché deux incendies séparés qui n'ont pas fait de victimes, ont été arrêtés.

«L'Australie doit se préparer à ce que (le nombre de morts) augmente de façon importante à mesure que pompiers et soldats poursuivent leur avancée et découvrent d'autres victimes», a prévenu Christine Nixon, commissaire de la police de Victoria.

En 1983, de violents incendies avaient coûté la vie à 76 personnes à Victoria et en Australie méridionale lors d'une journée connue depuis sous le nom de «Mercredi des cendres».

Avec AFP