(Berlin) La Chine a refusé une demande d’escale à Shanghai d’une frégate militaire allemande actuellement en mission dans le bassin indopacifique pour apporter son soutien à ses alliés dans la région, notamment américains, a déclaré mercredi le ministère des Affaires étrangères à Berlin.

Agence France-Presse

Cette décision prise par Pékin après plusieurs semaines de réflexion porte un coup aux espoirs allemands qu’une telle escale en Chine puisse contribuer à désamorcer certaines tensions régionales liées au commerce maritime.

« Après une période de réflexion, la Chine a décidé qu’elle ne souhaitait pas de visite portuaire de la frégate allemande “Bayern” et nous en avons pris note », a affirmé la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Adebahr lors d’une conférence de presse régulière à Berlin.  

Le « Bayern », navire militaire de 139 mètres de long avec plus de 200 soldats à bord, a quitté le port allemand de Wilhelmshaven le 2 août dernier pour effectuer durant six mois sa première mission depuis près de 20 ans dans le bassin indopacifique.  

Le voyage le mènera également à Singapour, au Japon, en Corée du Sud et Australie.

La frégate doit aussi traverser la mer de Chine méridionale, route clef du commerce maritime mondial et espace riche en ressources naturelles dont Pékin revendique la quasi-totalité.

Plusieurs voisins, comme les Philippines, la Malaisie, Brunei ou encore le Vietnam, soutenus par Washington, contestent le bien-fondé de ces revendications.

La mission allemande doit contribuer à la stabilité dans la région et au respect du droit international, avait expliqué la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer avant le départ du navire en août.

« La sécurité indopacifique est aussi notre sécurité », avait-elle jugé, qualifiant la mission « de grand pas et de pas positif ».

Peu auparavant, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin avait affirmé à Singapour que les revendications croissantes de Pékin en mer de Chine méridionale étaient « sans fondement en droit international ».

L’Allemagne se montre en général réticente à s’engager militairement au niveau mondial, et a souvent plaidé pour des relations moins conflictuelles avec la Chine avec qui elle entretient des liens économiques et industriels importants.