(Jakarta) Les enquêteurs indonésiens ont annoncé vendredi avoir pu extraire les enregistrements de l’une des boîtes noires d’un Boeing qui s’est abîmé en mer avec 62 personnes à bord le week-end dernier et commencer leur travail.

Agence France-Presse

Les enregistrements « sont en bon état et nous examinons à présent les données », a indiqué Soerjanto Tjahjono le responsable du Comité de sécurité des Transports indonésien qui participe aux recherches des causes de l’accident.

La boîte noire (FDR) qui enregistre les paramètres de vol, a été récupérée en mer mardi et pourrait donner des indices précieux pour comprendre les causes de la catastrophe.

Le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air a samedi peu après le décollage soudainement chuté de quelque 10 000 pieds (3000 mètres) en moins d’une minute et plongé dans la mer de Java.

Les plongeurs cherchent toujours la seconde boîte noire de l’appareil qui contient les enregistrements des conversations de la cabine de pilotage.  

Les enquêteurs cherchent aussi à récupérer en mer des restes humains, des morceaux de fuselage et des débris du Boeing.

Quelque 3000 personnes sont mobilisées ainsi que des dizaines de bateaux et des hélicoptères pour ces recherches au large de Jakarta.

Les autorités n’ont pas avancé à ce stade d’explication pour cet accident d’un avion vieux de 26 ans.

Les autorités ont expliqué que l’équipage n’avait pas émis de signal de détresse avant l’accident et que l’avion était probablement encore intact quand il a touché l’eau.

L’enquête pourrait prendre plusieurs mois.

La compagnie régionale Sriwijaya Air n’a pas connu d’accidents majeurs depuis a création en 2003 mais le secteur du transport aérien en Indonésie a régulièrement connu des catastrophes ces dernières années et plusieurs compagnies aériennes de ce pays ont été interdites en Europe jusqu’en 2018.