(New Delhi) L’Inde n’exportera pas les doses du vaccin mis au point conjointement par le fabricant AstraZeneca et l’Université Oxford produites sur son territoire avant plusieurs mois, a confirmé le directeur général du Serum Institute, dimanche.

Aniruddha Ghosal Associated Press

Le laboratoire a reçu le contrat pour produire un milliard de doses du vaccin contre la COVID-19. Ces doses seront réservées aux pays en voie de développement.

En effet, puisque les pays riches reçoivent actuellement la majorité des doses des différents vaccins contre la COVID-19 produites dans le monde, le Serum Institue, qui est le plus grand producteur mondial de vaccins, va distribuer ses doses aux pays plus pauvres.

Toutefois, l’interdiction d’exporter les doses imposée par l’Inde fera en sorte que ces pays devront attendre quelques mois avant de recevoir leurs premières fioles.

L’Inde a accordé une autorisation d’urgence au vaccin d’AstraZeneca et de l’Université Oxford dimanche, à la condition que le Serum Institute n’exporte pas de doses avant que les citoyens plus à risque sur son territoire ne soient tous protégés.

Lors d’une entrevue téléphonique avec l’Associated Press, le directeur général du Serum Institute, Adar Poonawalla, a ajouté que son laboratoire ne pouvait pas vendre de doses à des acheteurs du secteur privé.

« Nous pouvons remettre le vaccin seulement au gouvernement indien en ce moment », a-t-il expliqué.

Les exportations du vaccin vers le COVAX — un axe de travail mis en place par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour assurer une distribution équitable du vaccin — ne commenceront qu’en mars ou avril, selon M. Poonawalla.

Le directeur a aussi mentionné que son laboratoire était en voie de signer un nouveau contrat avec le COVAX pour ajouter entre 300 et 400 millions de doses du vaccin à l’entente déjà conclue. Le Serum Institute a déjà deux autres commandes de 100 millions de doses chacune du vaccin d’AstraZeneca et de l’Université Oxford, en plus d’une autre provenant de Novovaxe. Cette entente devrait être conclue dans les prochaines semaines.

Selon M. Poonawalla, le Serum Institute a vendu 100 millions de doses du vaccin au gouvernement indien au « prix spécial » de 200 roupies (3,48 $ CA) par dose, mais il a spécifié que le prix des doses supplémentaires sera plus élevé. Les doses qui seront mises en vente sur le marché privé auront un prix de 1000 roupies (17,38 $ CA) par dose.

Les doses produites par le laboratoire pourront être distribuées à travers l’Inde de 7 à 10 jours après la signature du contrat avec le gouvernement.

L’entreprise devrait pouvoir fournir de 200 à 300 millions de doses au COVAX d’ici décembre 2021.

« Nous ne pouvons pas vacciner tout le monde en même temps », a affirmé M. Poonawalla. Son laboratoire devra donc répartir les doses entre l’Inde et le COVAX, une fois que l’interdiction de l’exportation sera levée.

Le Serum Institute est aussi en négociation avec le Bangladesh, l’Arabie saoudite et le Maroc, « pour qu’au moins, les personnes les plus vulnérables de ces pays soient protégées », a expliqué le directeur.

M. Poonawalla a finalement laissé entendre que, même si tous les plans des fabricants de vaccins se déroulaient sans tracas, il pourrait tout de même y avoir une pénurie de vaccins dans la prochaine année.