(Pékin) La Chine, berceau du nouveau coronavirus, a annoncé jeudi soir qu’elle allait fermer temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et réduire drastiquement ses vols internationaux.

Agence France-Presse

« La Chine a décidé de suspendre temporairement l’entrée des étrangers actuellement possesseurs de visas et permis de séjour en cours de validité », a indiqué le ministère des Affaires étrangères.  

La mesure entrera en vigueur samedi à 0 h locales (vendredi 12 h heure du Québec).

« Il s’agit d’une mesure provisoire que la Chine se voit obligée de prendre pour faire face à l’épidémie, se référant aux pratiques de plusieurs autres pays », a-t-il précisé dans un communiqué.  

Les titulaires de passeports de service et diplomatiques pourront toujours entrer sur le territoire chinois.

« Les ressortissants étrangers venant en Chine pour des activités économiques, commerciales, scientifiques ou technologiques nécessaires ou pour des besoins humanitaires urgents pourront demander un visa auprès des ambassades ou consulats chinois », a toutefois précisé le ministère.

En clair, cette série de restrictions ferme la porte du territoire chinois aux touristes et aux étrangers domiciliés en Chine mais actuellement à l’extérieur du pays. Les voyageurs d’affaires semblent épargnés.

Les autorités chinoises n’ont pas précisé la durée de cette mesure. Elles ont toutefois indiqué qu’elles en « ajusteraient » les dispositions « en fonction de la situation épidémique ».

La Chine, où est apparu le nouveau coronavirus en décembre, a largement endigué sur son sol l’épidémie de COVID-19. Elle n’a ainsi rapporté aucun nouveau cas de contamination locale ces deux derniers jours.

Mais le pays craint les cas « importés » par les voyageurs venus de l’étranger. Plus de 500 ont déjà été recensés.  Il s’agit à 90 % de Chinois retournant au pays, selon le ministère des Affaires étrangères.

Ces restrictions à l’entrée sur le territoire sont publiées quelques heures seulement après l’annonce par la Chine d’une réduction drastique des vols internationaux, également en raison de la COVID-19.

À partir de dimanche, une compagnie chinoise ne pourra plus effectuer qu’une seule liaison hebdomadaire depuis la Chine vers un pays tiers.  Une compagnie étrangère ne pourra, elle, maintenir qu’une seule desserte par semaine vers la Chine.

Un tour de vis qui surprend. Car la Chine avait accusé début février les États-Unis de « créer et semer la panique » pour avoir sonné la charge des restrictions visant les ressortissants chinois en raison du coronavirus.  

Washington avait alors décidé d’interdire l’entrée sur le territoire américain de tous les non-résidents arrivant de Chine.