(Suva) Un cyclone, accompagné de « vents d’une puissance destructrice », s’est abattu vendredi sur l’archipel des Fidji, pour la deuxième fois en trois semaines.

Agence France-Presse

Deux personnes, un père et sa fille, sont portées disparues après avoir tenté de traverser jeudi à la nage une rivière en crue alors que des pluies diluviennes s’abattaient avant l’arrivée du cyclone Tino, a indiqué la police.

Sur les îles, les habitants se sont préparés à évacuer vers des abris d’urgence alors que de nombreux touristes ont fui les stations balnéaires pour rejoindre la capitale Suva avant la suspension des vols et des liaisons par traversiers.

Le service météorologique fidjien a indiqué que Tino se renforçait en se dirigeant vers la deuxième plus grande île de l’archipel, Vanua Levu.  

Il a annoncé des rafales atteignant les 130 kilomètres à l’heure qui seront accompagnées de fortes pluies susceptibles de provoquer des inondations le long du littoral et des crues soudaines dans les zones les moins élevées.  

« Je me prépare à me rendre bientôt dans un centre d’évacuation avec ma famille et à attendre le passage du cyclone », a déclaré à l’AFP Nischal Prasad, qui a perdu sa maison, située dans le nord de Vanua Legu, lors du passage du cyclone Sarai juste après Noël.

« Sarai a détruit ma maison et a laissé presque toute ma famille sans abri. Mes sœurs ont dû se cacher sous leur lit pour échapper aux vents violents. C’était effrayant », a-t-il raconté.

Les îles du Pacifique sont des destinations touristiques très populaires au cours de l’été dans l’hémisphère Sud. Mais cette période est également la saison des cyclones.  

Fin décembre, dans l’archipel des Fidji, le cyclone tropical Sarai a fait deux morts et plus de 2500 personnes ont trouvé refuge dans des abris d’urgence.

De nombreuses maisons et cultures ont subi de lourds dommages.

Selon sa trajectoire actuelle, Tino devrait frapper ce week-end Tongatapu, la principale île de l’archipel voisin des Tonga.